Corentin Tolisso (Lyon), absent de la liste des Bleus pour la Ligue des nations : « Il faut que je sois très bon »

Non retenu par Didier Deschamps pour les matches de l'équipe de France en septembre en Ligue des nations, le champion du monde, qui recevra le PSG dimanche soir au Parc OL (20h45), avoue se sentir de mieux en mieux.

De retour à l'OL, cet été, après cinq saisons au Bayern Munich, Corentin Tolisso est venu en conférence de presse pour la première fois depuis sa présentation, avant OL-PSG, dimanche soir (20h45), au Groupama Stadium.

« Vous avez disputé votre meilleur match de la saison à Monaco, et vous enchaînez enfin les matches. Comment vous sentez-vous ?
Il faut que je continue à travailler. Je n'ai pas eu une préparation facile, j'ai été blessé en juillet, et il fallait que je rattrape vite, et que je joue, petit à petit. J'ai pu faire un match entier, récemment, et cela faisait un moment... Avec le staff technique et le staff médical, on a mis en place quelque chose pour que je revienne progressivement. Je progresse, mais il me manque encore un peu de volume. J'en parle avec mes proches, c'est ce qui ressort : je dois faire plus de courses, comme je pouvais le faire auparavant. Mentalement, pouvoir enchaîner les matches fait du bien, énormément de bien, après avoir connu beaucoup de moments difficiles. Dans la tête, ça libère pas mal de choses.

lire aussi

La liste des Bleus pour la Ligue des nations

La liste des Bleus pour septembre est-elle venue trop tôt ? Aviez-vous un espoir ?
J'avais un petit espoir, bien sûr. Après, c'est vrai que par rapport à l'enchaînement des matches, tout ce que j'ai vécu, c'est peut-être un peu tôt. Il faut que j'enchaîne, que je monte en rythme. Et que je sois très bon.

« Il faut gagner, même face au PSG. [...] Il faut qu'on soit agressif, tactiquement intelligents, qu'on fasse bien les choses tous ensemble. Il faut qu'on soit une équipe.

L'OL reste sur deux défaites en une semaine, à Lorient (1-3) et à Monaco (1-2)...
C'est compliqué. Ce sont deux défaites, et zéro point sur six, mais des défaites différentes. À Lorient, on n'a pas montré grand-chose, mais à Monaco c'était un peu plus abouti. Il faut retenir le positif et continuer d'avancer. On a pris deux buts sur coups de pied arrêtés, à Monaco, mais on a des statistiques qui montrent qu'on est performants sur ces phases-là, depuis le début de saison. Mais cela nous a fait mal dans la tête. Et on n'a pas envie de prendre des buts sur coups de pied arrêtés tous les week-ends.

Après ces deux défaites, voilà le PSG...
C'est important pour nous, il faut absolument qu'on sorte avec une victoire. On sait toutes les qualités qu'a le PSG, mais peut-être que ça peut nous servir, nous aider à faire un gros match. Il faut gagner. On a des ambitions, il faut les garder. Il faut gagner, même face au PSG. C'est déjà arrivé, ici, au Parc OL. Il faut qu'on soit agressif, tactiquement intelligents, qu'on fasse bien les choses tous ensemble. Il faut qu'on soit une équipe.

Le PSG ne tire pas dans la même catégorie ?
Pour l'instant, c'est vrai. Leur objectif est de gagner la Ligue des champions, et le nôtre est d'y retourner.

lire aussi

Calendrier/Résultats de la L1

Confirmez-vous que vous préférez jouer devant la défense et en avez-vous parlé au coach ?
On en a parlé un peu, vaguement, et c'est vrai que je me sens plus à l'aise en numéro 6 qu'en numéro 8.

Comment sentez-vous Peter Bosz, cette semaine ?
Bien. C'est quelqu'un qui aime travailler, qui a beaucoup d'idées pour faire progresser l'équipe. Le problème n'est pas que le coach ou les joueurs : il faut être uni, c'est tous ensemble qu'on doit progresser. J'ai lu des choses disant que le coach est en danger, mais on est tous derrière lui et on a envie de gagner dimanche pour gommer ces deux défaites.

lire aussi

Bosz, la pression s'intensifie

Avez-vous les moyens de concrétiser ces idées ?
On essaie (sourire), on y travaille tous les jours.

Avez-vous un rôle plus important, avant un match comme ça, avec Alexandre Lacazette ?
On est revenus, on a pris de l'expérience, et c'est à nous d'enlever de la pression aux plus jeunes. Avant un match comme PSG, la détermination et l'envie sont multipliées par mille. À nous de bien parler. »

lire aussi

Classement de la L1