Corinne Diacre (équipe de France) : « On est tournées vers la Coupe du monde »

Corinne Diacre et les Bleues vont affronter l'Allemagne en amical. (F. Faugère/L'Équipe)

Les Bleues de Corinne Diacre défient l'Allemagne, vice-championne d'Europe, ce vendredi, à Dresde, pour démarrer leur préparation pour la prochaine Coupe du monde.

« Quand on pense à Allemagne-France, on repense forcément à cette demi-finale perdue à l'Euro (1-2) ? Vous aussi ?
On est tournées vers la Coupe du monde. L'Euro est derrière nous, même s'il faut qu'on capitalise sur nos performances. On est focalisé sur la Coupe du monde, on a fini les qualifications. On est tourné vers l'avenir.

Est-ce qu'on peut se jauger quand on a autant de cadres absentes (Mbock, Katoto, Karchaoui, Toletti...) ?
Cela fait partie d'une sélection. Demain (vendredi), on aura une équipe compétitive sur le terrain. Le groupe d'aujourd'hui ne sera certainement pas celui de la Coupe du monde mais cela personne ne peut le prédire. Demain (vendredi) on va travailler. On s'est fixé ce challenge avec les joueuses : on prépare la Coupe du monde. La préparation va être courte, il nous reste huit mois.

Pourquoi avoir remplacé Karchaoui et Toletti, une défenseuse et une milieu, par Asseyi et Sarr deux attaquantes ?
Parce que tout simplement, on avait suffisamment de défenseuses et j'ai envie de gagner demain (vendredi) et j'ai envie de gagner en Suède (mardi), donc il faut plutôt des profils offensifs pour marquer des buts. On retrouve Wendie, notre capitaine, qui était absente lors du dernier rassemblement, elle va piloter notre défense.

Qu'est-ce que vous avez envie de voir sur ces deux matches ?
Si on ne travaille qu'offensivement ou que défensivement, on va avoir un problème pour gagner le match. On appuie sur tout, il faut être complet, efficace dans les deux surfaces. On a eu la chance de faire une demi-finale l'été dernier, on voit que cela se joue sur des détails. Il y a certains sur lesquels on n'a pas d'emprise, mais il y en a beaucoup sur lesquels on peut avoir de l'emprise, il faut que l'on travaille dessus.

Où se situe l'équipe de France par rapport à l'Allemagne ?
On ne se compare pas, on ne regarde pas le passé, même si c'est vrai que l'Allemagne est beaucoup plus titrée que l'équipe de France mais on se tourne vers l'avenir. On a notre histoire à écrire, c'est ce qu'on veut faire avec ce groupe. »