Quand Corinne Diacre était la "Attila" de Clermont

SO FOOT
·1 min de lecture

C'est l'histoire d'un vestiaire transformé en saloon, en plusieurs temps. Il y a d'abord eu cette préparation au Mondial 2019 et une conférence de presse organisée un jour de mai, au Palais des congrès de Perros-Guirec, à quelques semaines du début d'une Coupe du monde organisée en France. Armée de cernes fournies et d'une paire d'yeux transformés en revolvers, Corinne Diacre était alors venue déplier le programme des semaines à venir et affirmer que l'objectif était "de se faire mal" et que son plan de bataille était "bien cadré, sans place pour l'émotionnel". Quelques jours plus tard, la sélectionneuse des Bleues avait réuni ses joueuses à sept heures du matin pour effectuer une série de tests physiques à jeun. Chose promise, chose due. La promesse en question : "Sur les trois premières semaines, les organismes vont énormément souffrir, donc les filles n'auront pas le temps de penser. Je vous le dis : elles… Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com