Corinne Diacre après la victoire face à la Norvège : « Un match joué avec beaucoup d'intelligence »

Corinne Diacre. (F. Faugère/L'Équipe)

Alors que les Bleues ont battu la Norvège dans un nouveau système en 3-5-2 ce vendredi (2-1), Corinne Diacre a apprécié le visage de son équipe, qui a bien réagi après les deux défaites d'octobre.

« Qu'avez-vous pensé de la prestation de votre équipe, dans un nouveau système en 3-5-2 ?
C'était un match difficile, mais sérieux, et surtout joué avec beaucoup d'intelligence. Sur le schéma utilisé, il y a encore des choses à parfaire, c'est un système difficile à animer, autant offensivement que défensivement, cela nécessite beaucoup d'effort, tout n'a pas été parfait, mais les joueuses ont fait les efforts. C'est ce que je retiens car dans ce système-là si on ne fait pas d'effort c'est difficile.

lire aussi : La France arrache la victoire contre la Norvège pour son dernier match de l'année

L'idée était aussi de ne pas prendre trop de buts pour arrêter l'hémorragie, si on peut appeler cela comme ça. On marque en premier sur une situation qu'on avait bien lu en observant l'adversaire, et un deuxième but sur un coup de pied arrêté - ça faisait un long moment qu'on attendait ça. Je suis satisfaite de la prestation de l'ensemble, après un match intelligent de la part des joueuses.

Quelle était l'idée derrière ce changement de système ?
L'idée était de défendre un peu plus en nombre et d'aller chercher un peu moins haut. L'équipe de Norvège joue un peu plus en transition, donc l'idée était d'avoir plus d'espace dans le dos. On l'a très bien exploité sur le premier but. Même si pour moi on ne l'a pas assez fait, notamment à la récupération du ballon dans notre camp.

Kadidiatou Diani a rayonné à côté de Clara Mateo en attaque...
Elle a fait un match exceptionnel. Kadi bouge beaucoup, avant avec nous elle jouait beaucoup sur le côté, en club, elle joue pas mal devant maintenant. C'était une opportunité aussi pour moi de la voir attaquante de pointe dans ce système. Elle a été très bien. On aurait pu encore plus prendre la profondeur sur certaines actions. C'est un système qui peut bien nous aller, mais qui peut encore être travaillé.

Peut-on revoir ce système d'ici à la Coupe du monde ?
Tout de suite, je n'en sais rien. Au départ, c'était surtout un one shot, avec l'idée de se rassurer sur le plan défensif, après avoir pris cinq buts en deux matches. Il nous manquait aussi des joueuses, notamment derrière. C'était une opportunité de revoir Elisa De Almeida, et Eve Périsset dans un rôle axial. Il n'y a aucune joueuse qui n'a pas rempli son rôle. Les joueuses qui sont rentrées ont apporté des choses aussi.

Défensivement, vous avez été rassurée ?
Les Norvégiennes ont fait des différences côté droit. Delphine (Cascarino) a un profil un peu moins défensif que (Sakina) Karchaoui, et ce système-là demande de trouver le bon placement pour faire déjouer la latérale. Mais elle n'a pas rechigné, elle a fait les efforts, on a rectifié deux trois trucs à la mi-temps et ça s'est mieux passé. »

lire aussi : Toute l'actualité du football féminin