• Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Corinne Diacre (France) : « J'espère que le résultat sera le feu d'artifice de notre fête nationale »

Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Corinne Diacre, la sélectionneuse de l'équipe de France, espère que les Bleues offriront, ce jeudi 14 juillet face à la Belgique, un match aussi abouti que lors de leur victoire inaugurale de l'Euro contre l'Italie (5-1).

« Après la victoire face à l'Italie (5-1), redoutez-vous que vos adversaires mettent en place un bloc très bas difficile à contourner ?
On s'attend à tout. On a travaillé plusieurs choses depuis un petit moment. Sur quelques matches de qualification pour la Coupe du monde, on est tombé sur ce genre d'équipes. On a su répondre à ce moment-là, donc si ça doit arriver demain (jeudi), on trouvera les réponses.

lire aussi

Très bien lancées à l'Euro, les Bleues veulent « garder la tête sur les épaules »

À quel point est-ce important dans une compétition comme celle-ci d'obtenir la qualification dès le deuxième match ?
Ça ne change rien, car on va attendre le résultat d'Italie-Islande (18h00 jeudi). Ce deuxième match ne nous assurera peut-être pas la qualification. Dans tous les cas, on n'aura pas fini notre mini-championnat de trois matches.

Quels ont été les mots pour votre équipe, après la victoire face à l'Italie, pour éviter un excès de confiance face à la Belgique ?
Je n'ai pas eu besoin de beaucoup parler, car d'elles-mêmes, après le match, elles étaient tournées sur leur récupération et sur le match de demain (jeudi). On parle d'osmose entre les anciennes et les jeunes, on peut dire qu'il y a une osmose entre les joueuses et le staff. On n'a pas eu besoin de le dire. Les filles savent ce qu'elles ont à faire, on sait quel est notre objectif.

« On fonctionne avec un groupe, il n'y a que onze places de titulaire : onze démarrent, douze patientent. Les douze qui patientent ont le même état d'esprit que celles qui démarrent. »

L'idée est-elle d'offrir une assise supplémentaire à cette équipe type face à la Belgique ?
Tout est possible. Je n'ai pas eu le temps de discuter avec mes adjoints car on est parti rapidement après la séance du jour. Le mot d'ordre après l'Italie a été de bien récupérer, de bien se préparer pour le match de demain (jeudi). Il nous reste une nuit de réflexion avant d'annoncer aux joueuses qui jouera. Je peux compter sur mes 23 joueuses, c'est important pour moi.

Comment Griedge Mbock a vécu sa non-titularisation contre l'Italie ?
Je parle avec mes joueuses, je parle avec toutes mes joueuses. On fonctionne avec un groupe, il n'y a que onze places de titulaire : onze démarrent, douze patientent. Les douze qui patientent ont le même état d'esprit que celles qui démarrent. On peut avoir besoin de tout le monde, surtout sur la durée de la compétition.

Qu'est-ce qui vous a déplu contre l'Italie et qu'est-ce que vous avez envie de revoir face à la Belgique ?
Ce que je veux surtout revoir, ce sont des buts. Rien ne m'a déplu. Un match de foot ne peut pas être à 100 % parfait. On a pointé du doigt deux-trois petites choses, offensivement, défensivement. Rien ne m'a déplu. Les filles se battent, on ne peut pas être déçu. Elles ont prouvé qu'elles avaient très envie. L'objectif est de refaire la même prestation demain.

Ce match va se jouer le14 juillet, symboliquement est-ce important ?
On y pense, forcément. Mais il ne faut pas qu'on se trompe d'objectif. On a un match à jouer, à gagner. J'espère que le match et le résultat seront le jeu d'artifice de notre fête nationale. »

lire aussi

Toute l'actu de l'Euro féminin

Wendie Renard : « concentrées, déterminée et appliquées »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles