Corinne Diacre, sélectionneuse de l'équipe de France : « On est prêtes à souffrir »

Corinne Diacre, prête pour l'Euro. (F. Faugere/L'Equipe)

L'équipe de France démarre, mardi, son second stage de préparation pour l'Euro (6 au 31 juillet). Après avoir travaillé la cohésion la semaine passée, les Bleues vont entamer préparation physique cette semaine.

« Pouvez-vous nous décrire ce que vous avez fait durant ce pré-stage de cohésion ? Vous avez notamment joué au rugby...
On était bien encadrées par Thomas Darracq, le sélectionneur de l'équipe de France féminine de rugby. C'était une simple initiation, nous n'avons pas pris de risques. Il n'y a pas eu de blessées. On a fait un stage de régénération physique et mentale. Il y avait aussi une grosse partie cohésion même si on se connaît très bien depuis un petit moment. Il était nécessaire de redémarrer par un stage sympathique et à dominante de cohésion, de régénération.

Qu'est-ce qui a changé par rapport à 2019 dans votre approche de l'événement ?
On avait fait un stage de cohésion aussi avant la Coupe du monde. On n'a rien changé. On avait aussi fait cela chez le président, en Bretagne. La seule particularité, c'est qu'on avait fait une séance de foot. C'est la seule différence avec le stage de la semaine dernière. On est prêtes à souffrir, on va partager les efforts. C'est plus facile quand on est à plusieurs. C'est une période normale et nécessaire en vue de notre objectif qui est d'aller le plus loin possible. Cela a commencé la semaine dernière, la préparation ne commence pas aujourd'hui.

« L'objectif est d'être prêtes à jouer six fois 90 minutes, minimum. »

Dans quel état physique et mental avez-vous trouvé les joueuses ?
Il fallait régénérer un petit peu. Les filles ont eu une petite semaine de vacances avant de nous rejoindre. Elles vont bien. Elles étaient heureuses de se retrouver, de nous retrouver, de partager ces moments hors football. Ce matin, elles étaient aussi contentes de se retrouver. Tout va bien.

Sur quoi allez-vous axer le travail cette semaine ?
L'objectif est d'être prêtes à jouer six fois 90 minutes, minimum. Toutes les joueuses ont terminé au même moment. Les Lyonnaises ont fait la finale de la Ligue des champions (3-1 contre Barcelone) mais les Parisiennes ont fait celle de la Coupe de France (8-0 contre Yzeure). La seule petite différence, c'est avec les joueuses qui évoluent à l'étranger. Celles qui disputent le Championnat anglais ont terminé début mai, en Espagne et en Italie elles ont fini entre mi-mai et fin mai, un peu plus tôt que le Championnat français. On va avoir cette semaine pour remettre tout le groupe au même niveau et ensuite individualiser au maximum. »

lire aussi

La liste des Bleues pour l'Euro 2022

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles