Coronavirus : en mai 68 aussi, le football avait été mis à l'arrêt

avec AFP, La rédaction
Sport24
/ Leemage
/ Leemage

LE SCAN SPORT - Les mouvements sociaux de mai 68 avaient, dans une moindre mesure mais comme la crise du coronavirus, paralysé le football professionnel en France.

Matches à l'arrêt, championnat prolongé et complications de calendrier... La cacophonie actuelle dans le football français a un précédent, la saison 1968. Paralysé comme tout l'Hexagone, le monde du ballon rond n'avait pas échappé aux mouvements sociaux, qui l'avaient toutefois moins perturbé que le coronavirus.

Stade de la Meinau, le 19 juillet 1968. Ce Strasbourg-Nîmes estival a plus des allures de reprise de saison que d'épilogue. Pourtant, c'est bien son maintien en D1 que le Racing obtient grâce à un match de barrages victorieux (3-0). «On prenait sur nos vacances ! Si on avait réservé, on avait été obligés d'annuler», se souvient Philippe Piat, buteur pour les Alsaciens ce jour-là. «Mais ce que j'en ai gardé comme souvenir, c'est que nous, les joueurs, on avait envie de jouer ces matches, vu qu'il s'agissait de ne pas descendre en D2», poursuit l'actuel président de l'UNFP, le syndicat des joueurs.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Cause de ce dénouement de saison programmé en plein été: les mouvements sociaux du printemps, qui ont mis le pays à l'arrêt, football y compris. «Tout s'est arrêté de fait. A cette époque, les équipes circulaient souvent en train, or tous les transports ont été stoppés nets. Il n'y avait pas les moyens pour poursuivre le championnat», explique Alfred Wahl, historien du football ayant consacré un article (...) Lire la suite sur sport24.com

Coronavirus : Conor McGregor fait un don d'un million d'euros aux hôpitaux irlandais

«Oh Zinédine, pas ça ... »Il y a 12 ans, Thierry Gilardi, la voix du foot, disparaissait

Coronavirus : Brighton lance une campagne pour offrir 100.000 billets de Premier League aux soignants

Coronavirus : Mirka et Roger Federer font don d’un million de francs suisses

Inscrivez-vous à la newsletter de Sport24

À lire aussi