Coronavirus - Maracineanu : "Pas d'exception pour le sport"

Goal.com

Ce mardi, le Premier Ministre Edouard Philippe annonçait que les championnats de sports collectifs, parmi lesquels la Ligue 1 et la Ligue 2, ne pourraient se tenir avant le mois de septembre en France. Une décision qui semble acter la fin de la saison 2019-20, interrompue depuis mi-mars.

Invitée de France Info ce mercredi, la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, a réaffirmé la volonté du gouvernement de ne pas faire d'exception pour le sport professionnel. "Je crois que la signal était clair et simple, en tout cas pour ce championnat-ci (la Ligue 1)", a-t-elle assuré en référence aux annonces de la veille.

"Il n'y a pas d'exception pour le sport, où tous ces gestes-barrières prennent tout leur sens puisque le corps est l'outil de travail des athlètes. La santé des sportifs est ma priorité."

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

"La Ligue doit se réunir en Comex et acter la fin de la Ligue 1 et Ligue 2"

Si du côté de la FFF, Noël Le Graët a immédiatement acté la fin du National et de la D1 féminine, la Ligue doit encore prendre une décision, qui devrait être l'arrêt de la Ligue 1 et de Ligue 2. Cette dernière, qui a fait savoir qu'elle suivrait les recommendations du gouvernement, se réunira ce jeudi.

EXCLU - Pierre Ferracci (Paris FC) : "Il faut remettre de l'ordre à la Ligue"

"Noël Le Graët a déjà pris cette position après l'annonce du Premier Ministre, il reste à la Ligue, avec le Comex qui doit se réunir, à prendre les décisions.  Ils doivent se réunir en Comex et acter l'arrêt de la Ligue 1 et Ligue 2 et ensuite parler du mois d'août et de la reprise en septembre", poursuit ainsi la ministre, sans donner de précision sur les modalités du début de la saison prochaine.

Interrogée pour savoir si des matchs de championnat pourront se tenir au mois d'août à huis-clos, cette dernière a répondu que cela dépendrait de l'évolution de la situation sanitaire d'ici-là. " Moi je vais m'en tenir aux consignes sanitaires, à savoir voir l'évolution de la pandémie", a-t-elle affirmé.

À lire aussi