Coronavirus - Des réfugiés dans les vignes grâce aux Girondins de Bordeaux et au Racing 92

L'Equipe.fr
L’Equipe

Avec le soutien des deux clubs de foot et de rugby, l'association Ovale Citoyen a organisé mardi une formation dans les vignobles bordelais pour soixante-dix de ses membres, défavorisés, SDF ou réfugiés, afin qu'ils puissent travailler dans les vignes dès la semaine prochaine. Depuis le 17 mars et le début du confinement, l'association Ovale Citoyen se démène pour ses trois cents membres, réfugiés, SDF, jeunes des quartiers défavorisés, tous en situation de grande précarité. Après la distribution de nourriture, l'aide scolaire, le président d'Ovale Citoyen, Jeff Puech, et ses partenaires ont obtenu, il y a une vingtaine de jours, l'autorisation de la préfecture d'Aquitaine pour proposer une partie de ses membres comme main-d'oeuvre aux agriculteurs de la région, privés de leurs saisonniers habituels à cause de la fermeture des frontières. Plusieurs viticulteurs se sont manifestés mais se sont vite rendu compte qu'il fallait former les candidats. Pas du genre à baisser les bras, Puech a sollicité deux formateurs viticoles et deux des partenaires de l'association : les clubs du Racing 92 (rugby) et des Girondins de Bordeaux (foot). Ces derniers ont assuré le transport des soixante-dix réfugiés et jeunes des quartiers défavorisés de la ville jusqu'à Pauillac et le château Pédesclaux, un grand cru classé. « Nous sommes investis avec Ovale Citoyen depuis septembre dernier, explique Sylvie Pépin, responsable des relations extérieures des Girondins, par le biais de la branche spéciale ballon rond, Foot Citoyen. On fournit des équipements, on a aidé à la distribution des denrées alimentaires et, pour cette formation, on a mis le bus de notre équipe à disposition pour emmener tout le monde. » Situé à une cinquantaine de kilomètres de Bordeaux, le vignoble, propriété de Jacky Lorenzetti, président du club de rugby du Racing 92, a ouvert ses vignes pour une demi-journée de formation. « En plus des deux formateurs, nous avons mis à disposition quatre personnes de chez nous, détaille Vincent Bache-Gabrielsen, directeur de la propriété, et un hectare et demi de vigne, c'est-à-dire environ 12 000 pieds. Il s'agissait d'apprendre la technique de l'épamprage, qui consiste à tailler sur chaque cep les rameaux qui ne produiront pas de raisin. Cela s'est passé sous les averses, une vraie journée de saisonnier, mais cela n'a découragé personne. » Le groupe est reparti sur Bordeaux dans l'après-midi et les premiers travailleurs formés pourront débuter dès la semaine prochaine, dans des vignobles plus proches de Bordeaux, dans le secteur des graves.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi