Coronavirus - Valère Germain regrette les attitudes de certains présidents

Goal.com

Alors que les principaux championnats européens sont toujours dans l'optique de faire reprendre la saison 2019-20, la France fait office d'exception. Et pour cause, la LFP, suite aux directives du gouvernement, a pris la décision de mettre un terme à la Ligue 1. Une décision qui fait couler beaucoup d'encre ces derniers jours. Certains s'en félicitent, tandis que d'autres ne digèrent pas. Pour Valère Germain, l'attaquant de l'OM, certains feraient mieux de mesurer leurs propos. 

"Ça ne renvoie pas une image très positive du football"

"On a tous conscience de vivre une situation inédite. Dramatique. Des centaines de personnes meurent chaque jour en France. La décision de stopper les compétitions a été actée. Elle a été dure à prendre. Il faut l'accepter. Je ne sais pas si c'était la meilleure, mais sans nul doute la plus égalitaire. Je peux comprendre la frustration des uns et des autres. Chacun est en droit de défendre ses intérêts", a d'abord expliqué l'ancien de l'AS Monaco et de l'OGC Nice, dans Le Parisien. 

"Lille, par exemple, avait un point de moins que Rennes. Il lui aurait, peut-être, suffit d'un match supplémentaire pour effacer cet écart. Mais il ne sert à rien de polémiquer. Quand j'entends certains présidents parler tous les jours dans les médias et faire du buzz, c'est un peu dommage. Ça ne renvoie pas une image très positive du football. Je ne citerai pas de nom. Chacun se reconnaîtra", a ensuite pesté Valère Germain. Un discours qui ne manquera pas d'être partagé par le plus grand nombre, alors que certains dirigents semblent privilégier leurs intérêts personnels à ceux de la collectivité. En temps de crise sanitaire, cela sonne terriblement faux.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi