Corruption, communication et monarchie : et si la vente de l'OM n'avait rien à voir avec l'OM ?

SO FOOT
·1 min de lecture

La première partie de l'article est à lire ici et la deuxième partie ici


Le 4 novembre 2017, Al Walid passe la soirée dans le désert. Son camp est au milieu de rien, à 160km au nord de Riyad, pourtant l'endroit est aussi éclairé qu'un stade de foot. De grands tapis et des dizaines de coussins y sont étalés sur le sable, à l'occasion on y regarde la télé en plein air. Parfois, aux alentours de minuit, Al Walid met en scène un "majlis", une tradition héritée des bédouins. Des hommes des tribus environnantes viennent rendre hommage au chef du camp et lui demander des services. Mais cette nuit-là, le téléphone sonne vers…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com