Le coup de gueule de Sara Gunnarsdottir (OL) sur les stades de l'Euro féminin

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

L'internationale islandaise de l'OL Sara Gunnarsdottir a qualifié de « choquante » la décision de faire jouer deux matches de son équipe lors de l'Euro féminin en Angleterre sur un terrain d'entraînement de Manchester City.

A plus de deux mois de son coup d'envoi (le 6 juillet prochain), l'Euro féminin en Angleterre fait déjà parler de lui. Mardi, c'est la milieu de terrain de l'Olympique lyonnais et internationale islandaise Sara Gunnarsdottir, qui a dénoncé le choix des stades pour la compétition.

Et plus particulièrement celui du Manchester City Academy Stadium, une enceinte du centre d'entraînement du club mancunien d'une capacité de 7 000 places, pour accueillir deux matches de poule de la sélection islandaise (contre la Belgique le 10 juillet et l'Italie le 14 juillet). Une décision que Gunnarsdottir a qualifiée de « choquante » dans le podcast Their pitch.

« Ce n'est pas le respect que nous méritons. Regardez le football féminin d'aujourd'hui, elles remplissent les stades. Vous voyez Barcelone et Madrid, 95 000 personnes regardent le match au Camp Nou. Ils [les organisateurs de l'Euro] ne sont pas prêts à ce que nous vendions plus de 4 000 billets. »

lire aussi

/

Bleues : la liste de Corinne Diacre pour l'Euro se dessine

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles