Coupe des Confédérations: le Brésil rassuré, l'Espagne et l'Italie s'interrogent

Contenu associé

Le Brésil s'est rassuré avant la Coupe des Confédérations organisée sur son sol (15-30 juin) alors que l'Espagne s'interroge sur deux postes-clef et l'Italie sur sa dynamique.

BRESIL

Le Brésil était soulagé à la suite du 3-0 infligé aux Bleus. Enfin une victoire, après tant de balbutiements (1 succès, 4 nuls et 1 défaite en 2013 avant dimanche).

Luiz Felipe Scolari, nommé fin novembre, a trouvé son équipe-type, avec sur le plan offensif Oscar en meneur, Hulk et Neymar en détonateurs et Fred en pointe, sans oublier Lucas, le "supersub".

Un joueur sera particulièrement scruté: Neymar. L'attaquant de 21 ans, suivi par ses groupies hystériques (les "neymarzetes"), auréolé de son statut de vedette recrutée par le Barça, fera-t-il plus d'étincelles que lors de sa pâle Copa America 2011 ?

Il s'agit surtout de préparer le Mondial-2014. Avec la manière. "Le Brésil a toujours eu l'obligation de gagner hors du pays, imaginez quand il joue chez lui !", a résumé à l'AFP Cafu, capitaine des champions du monde 2002.

ESPAGNE

L'Espagne, championne du monde et double championne d'Europe en titre, convoite l'unique titre qui lui manque. Elle n'a pas donné sa pleine mesure ces derniers temps, comme l'ont montré ses dernières victoires laborieuses sur Haïti (2-1) et l'Eire (2-0), mais elle reste invaincue depuis novembre 2011, et a pris le dessus sur la France en qualifications pour le Mondial-2014.

Vicente del Bosque s'appuie sur un groupe très stable, où figurent toujours les références Xavi et Iniesta ou la paire Sergio Ramos-Piqué, mais plus Xabi Alonso (pubalgie).

Qui sera le gardien et l'avant-centre ? Pour les cages, Del Bosque maintient le suspense entre Valdés, qui s'est installé en sélection et y a brillé, et l'emblématique Casillas, "puni" sur le banc du Real par José Mourinho ces derniers mois. En pointe, Soldado (30 buts toutes compétitions confondues cette saison pour Valence) pourrait être préféré à Villa, Torres ou Fabregas le "faux 9".

ITALIE

Arrivés lundi matin à Rio de Janeiro, les Azzurri ont eu le temps de faire un tour à la plage, notamment Balotelli et El Shaarawy. Ils incarnent la relève sous la houlette de Cesare Prandelli, qui a rompu avec le traditionnel "catenaccio".

Mais depuis son bel Euro (finaliste), la Nazionale ne concrétise pas forcément ses promesses. En 2013, elle n'a battu que... Malte et Saint-Marin. Elle vient aussi de concéder le nul face au modeste Haïti (2-2), certes avec ses remplaçants.

L'Italie voudra faire mieux que lors de son unique participation à la Coupe des Confédérations (2009), alors championne du monde et éliminée au premier tour.

URUGUAY

Depuis sa Copa America 2011, la Celeste a plongé. Elle vient de réagir contre la France en amical (1-0) et surtout en qualifications au Mondial-2014, avec une victoire capitale au Venezuela (1-0). De quoi entrevoir la sortie du marasme ? Oscar Tabarez, qui a conservé quasi-intact son groupe demi-finaliste du Mondial-2010, possède en Suarez et Cavani des buteurs de classe, outre Forlan, en retrait. Mais ce groupe est vieillissant, à l'image du capitaine Lugano.

MEXIQUE

Le "Tri" doit soigner son efficacité: il a signé cinq 0-0 en 9 matches cette année... Le sélectionneur José Manuel de la Torre compte sur ses "Chicharito" Hernandez et Giovani dos Santos, auteurs d'une saison en demi-teinte à Manchester United et Majorque, pour sortir les "Aztèques" de leur apathie.

NIGERIA

Les SuperEagles, derniers qualifiés (CAN-2013), veulent prolonger leur statut d'équipe surprise. Stephen Keshi a emmené ses cadres (Enyeama, Obi Mikel, Ideye Brown), ses nouvelles pépites (Onazi, Mba, Musa) et des promesses (Ogu, Oudamadi), mais sera privé des atouts offensifs, Moses et Emenike, blessés.

JAPON

En signant un nul contre l'Australie le 4 juin (1-1), le Japon est devenu la première équipe qualifiée sur le terrain pour le Mondial-2014. De quoi donner de l'élan aux "Samouraïs bleus" d'Alberto Zaccheroni ? L'Italien, qui insiste sur l'agressivité, s'appuie sur ses deux stars "européennes", Kagawa (Manchester United) et Honda (CSKA Moscou).

TAHITI

Les Toa Aito (guerriers de fer, en tahitien) ne comptent qu'un joueur professionnel (Vahirua, 33 ans) et ne se font pas d'illusions. Affronter l'Espagne au Maracana est déjà une victoire en soi.

Fantasy Football

Articles les plus appréciés