Coupe d'Afrique des Nations - Historique Burkina Faso !

Le Burkina Faso est pour la première fois de son histoire en finale de la CAN après sa victoire aux tirs au but (1-1, tab 3-2) contre le Ghana. Les Etalons affronteront le Nigeria.

Au bout du suspense, le Burkina Faso s'est qualifié, mercredi soir à Nelspruit, pour sa première finale de Coupe d'Afrique des Nations après avoir disposé du Ghana aux tirs au but (1-1, 3-2). Dans une demi-finale très ouverte, les Etalons, d'abord menés au score, ont su réagir à l'heure de jeu (60e, Bancé) avant de prendre peu à peu le pas physiquement sur leurs adversaires. Marquée par l'expulsion injuste de Jonathan Pitroipa dans la prolongation et un penalty non sifflé (118e), cette seconde demi-finale a bien failli tourner au drame national pour les hommes de Paul Put. C'était sans compter sur la maladresse des Ghanéens, complètements passés à côté de leur séance de tirs au but trois années après un premier échec en Afrique du Sud, face à l'Uruguay en quart de finale de Coupe du monde.

Cette qualification - certes à l'arrachée - vient donc confirmer une montée en puissance de la part de cette sélection du Burkina Faso que ce soit dans cette édition 2013 (ou elle est invaincue) ou sur le pan continental (troisième participation consécutive à une Coupe d'Afrique après deux échecs au premier tour). Rien n'a pourtant été simple face à des Ghanéens plus forts physiquement et plus doués techniquement. Mais l'esprit de combat des Etalons combiné à un jeu instinctif et mortel en contre ont su mettre à mal des Black Stars globalement patauds. Deux hommes sont à sortir du lot, à commencer par Jonathan Pitroipa, ailier et meneur de jeu à la fois, qui évoluait en tant qu'électron libre sur le front de l'attaque des Etalons. Ses percutions ont fait très mal à l'arrière-garde ghanéenne.

Quand Paul Put efface Philippe Troussier

L'autre est Aristide Bancé, véritable tour de contrôle, qui a mis au supplice la charnière centrale Vorsah-Boye. Le plus drôle dans cette histoire c'est que la titularisation du joueur d'Augsburg - 28 ans - était un coup de poker de la part de Paul Put, le sélectionneur belge des Etalons. La principale victime de ce choix tactique n'a ni plus ni moins été que Moumouni Dagano, capitaine et buteur attitré de la sélection. Ce choix culotté s'est avéré gagnant pour le technicien belge qui aurait même pu s'éviter cette séance de tirs au but si Dauda et Kwadwo Asamoah n'avaient pas sorti le grand jeu dans les derniers instants de la partie face au puissant attaquant peroxydé.

Cette élimination aux portes de la finale est un échec absolu pour les Black Stars, qui voulaient s'offrir une deuxième finale en trois participations. Les occasions n'ont pourtant pas manqué aux hommes de James Appiah. Mais la précipitation des ailiers Wakaso et Atsu et la maladresse du secoué Gyan Asamoah - sevré de bons ballons et qui s'est livré à un véritable combat physique face à Koulibaly - ont condamné un groupe qui, à défaut de laisser rêveur, était cohérent. Les Ghanéens laissent donc le droit de rêver à la sélection burkinabè qui efface pour sa part le fabuleux parcours de sa devancière de 1998. A l'époque, Philippe Troussier avait emmené ses troupes à la quatrième place de la compétition après une petite finale perdue aux tirs au but face au RD Congo (4-4, tab 1-4). Dimanche, au Soccer City de Johannesburg face au Nigeria, les hommes de Paul Put joueront tout autre chose.

Lire aussi
FANTASY LFP - Le Fantasy officiel de la Ligue 1 débarque sur Yahoo Sport - Jouez maintenant