Coupe Davis - Coupe Davis : La France se qualifie pour les demi-finales en dominant la Grande-Bretagne 3-0

L'Equipe.fr
Vainqueurs samedi en quatre manches du duo J. Murray-Inglot (7-6[7], 5-7, 7-5, 7-5, en 3h20), Nicolas Mahut et Julien Benneteau ont qualifié la France pour les demi-finales de la Coupe Davis. Sans les Mousquetaires, les Bleus ont vécu un week-end parfait face à la Grande-Bretagne (3-0).

Vainqueurs samedi en quatre manches du duo J. Murray-Inglot (7-6[7], 5-7, 7-5, 7-5, en 3h20), Nicolas Mahut et Julien Benneteau ont qualifié la France pour les demi-finales de la Coupe Davis. Sans les Mousquetaires, les Bleus ont vécu un week-end parfait face à la Grande-Bretagne (3-0). Au bord des larmes, Julien Benneteau rejoint Nicolas Mahut, accompagné de son fiston, et toute l'équipe de France, lancée dans un tour d'honneur sur fond (sonore) de vibrante Marseillaise. Il est 17h30, en ce samedi 8 avril, et la France est déjà qualifiée pour les demi-finales de la Coupe Davis, comme l'an dernier. En deux jours et trois matches, les Bleus ont effacé le mauvais souvenir du Queen's, en 2015, lorsque la Grande-Bretagne avait brisé l'élan tricolore en quarts de finale, et précipité la chute d'Arnaud Clément, deux mois plus tard. Privés d'Andy Murray à Rouen, les Britanniques étaient trop limités sur terre battue pour inquiéter les Bleus, même en l'absence des Mousquetaires. Après les deux premiers simples, vendredi, l'issue du quart était connue : Mahut et Benneteau auront évité les prolongations. Mi-septembre, la France recevra la Serbie, qui a éliminé l'Espagne (3-0). Pour leur deuxième double en commun dans l'épreuve (après Francfort, en 2015), les deux trentenaires (35 ans) ont dû s'employer face à Jamie Murray et Dominic Inglot. Deux joueurs pour une opposition de style : en finesse, et en toucher (avec sa patte gauche), pour le grand frère d'Andy (ex numéro un mondial du double) ; en puissance et sans calcul pour son robuste partenaire, lui aussi exclusivement spécialiste de la discipline. Le Bressan et l'Angevin auront longtemps, samedi après-midi, tâtonné à la relance : onze points gagnés au retour et aucune occasion de break obtenue lors des deux premières manches. Avec le recul, les quatre balles de premier set écartées auront été capitales : trois à 6-5, service Benneteau (deux doubles, et deux demi-volées dans le filet), avec l'aide de Dominic Inglot (retour de coup droit manqué, puis passing de revers expédié, depuis l'intérieur du court, dans le milieu du filet) ; puis une autre dans le tie-break. Le duo british a mené 4-1, puis 4-3, deux services à suivre : Inglot, le maillon faible (surtout en revers), a de nouveau failli au filet (4-4), puis à 6-7, Benneteau a écarté le danger d'un service gagnant.Le film du doubleLes Britanniques ont mené 4-2 dans la troisième manche Les Français ont basculé devant, sans pour autant capitaliser sur leur élan : à 5-5, à nouveau service Benneteau, l'actuel 113e mondial (en simple) a commis une double à 40-30 (en cherchant à surprendre Inglot, sur une deuxième côté coup droit), avant qu'Inglot ne s'illustre, avec un subtil lob de coup droit gagnant, pour réussir le premier break de la partie (6-5). Jamie Murray a assuré, derrière au service, et ramené son pays à égalité (7-5). Après 1h53 de match, Mahut et Benneteau ont enfin eu une première ouverture au retour (15-40), sans s'y engouffrer. Pire, l'Angevin (5e mondial cette semaine en double) a cédé son engagement dans la foulée (3-2 puis 4-2). A 4-3 (service Murray) et sur leur sixième occasion de la manche, les Français ont recollé (4-4). La dynamique a changé de camp, Inglot, ciblé par le duo adverse, a petit à petit baissé de régime, et les Français ont pris le large sur une double faute de Jamie Murray, la première de l'après-midi côté anglais. Le quatrième acte a été vécu sereinement par les serveurs, jusqu'au douzième jeu (service Murray, à 6-5), précédé d'une ola lancée par le public de la Kindarena. Les Britanniques ont eu deux balles de tie-break, la deuxième écartée par Benneteau d'un passing de revers long de ligne. Puis les Français ont eu une première, puis une deuxième balle de match : la volée de coup droit de Jamie Murray a heurté la bande, la balle a hésité un infime instant, puis choisi le camp anglais. Pour le plus grand bonheur de Noah et sa bande.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages