Coupe Davis - Faut-il boycotter les « Mousquetaires » ?

Antoine Grynbaum

Sans Simon, Tsonga, Monfils et Gasquet, la France s’est facilement qualifiée pour les demi-finales de Coupe Davis devant une faible Grande-Bretagne (4-1). Alors, au prochain tour, face aux Serbes de Djokovic, doit-on se passer des leaders du tennis français ? Eléments de réponse.

Jo-Wilfried Tsonga doit-il être sanctionné?

Fraichement élu à la tête de la FFT il y a quelques semaines, le nouveau Président Giudicelli avait annoncé la couleur : obliger joueurs et joueuses à disputer Coupe Davis et Fed Cup. Vague coup de « com ». 2 mois plus tard, il est bel et bien confronté à une situation sans solutions.

Ce week-end, face aux Britanniques, privés d’Andy Murray, Pouille, Chardy, Mahut et Benneteau ont assuré la qualification française mais que doit faire Noah au prochain tour ? Face à Djokovic en septembre, la France aura sportivement besoin de ses cadres afin d’avoir une chance mais que faut-il privilégier ? Le sportif ou l’éthique ? Vaut-il mieux perdre avec des joueurs fiers de représenter leur pays ou faire la cour à des tennismen ayant d’autres priorités ?

La question se pose surtout concernant deux joueurs : Monfils et Tsonga. Le Manceau a annoncé il y a quelques mois à Noah son intention de boycotter l’épreuve. « Jo a été clair fin 2016 en me disant qu’il ne jouait pas cette année. On essaie de discuter. Le reste, ça le regarde », déclarait le capitaine de l’équipe de France. Paternité, témoin de mariage, toutes les excuses sont bonnes pour esquiver les rencontres de Coupe Davis, et le numéro 1 français a déjà annoncé qu’il serait absent en cas de finale fin novembre. « Jo nous a dit : “Ne comptez pas sur moi”. Ça ne veut pas dire qu’on était d’accord mais ça avait le mérite d’être clair. Je lui ai quand même encore envoyé un texto il y a deux jours (avant France / Grande – Bretagne), genre : “Merde, tu veux pas venir, ça te dirait pas ?”, mais quand il me répond non, je comprends parce qu’il me l’a déjà dit. Je préfère ça car on travaille sereinement », conclut le dernier vainqueur français en Grand Chelem.

Concernant Monfils, l’histoire est différente, celle d’un homme compliqué à gérer, et qui avait fait faux bond au dernier moment lors de la dernière demi-finale contre la Croatie en septembre dernier, mais le Parisien semble, lui, à disposition de Noah cette année.

Simon (choix du capitaine ce week-end) et Gasquet (blesssé) ont, eux, toujours démontré leur attachement au maillot bleu mais comment pourrait-il en être autrement.

Alors, avec quels joueurs contre la Serbie ? En tout cas, sans Chardy, qui a planifié son mariage le 16 septembre ! « Si j’annule, ce sera dangereux pour moi », a-t-il confié avec un grand sourire samedi soir. Au moins espérons que les autres Français ne soient pas invités…

A l’époque, Noah et Leconte ne boycottaient pas… Sans parler des vrais « Mousquetaires » des années 1920 – 30 (Cochet, Borotra, Lacoste et Brugnon), qui, eux, ont remporté six fois la Coupe Davis. Mettons donc fin à cette comparaison (construite de toutes pièces en 2008 par le journal L’Equipe), et qui n’a plus lieu d’être. Question de comportement et de palmarès.

Antoine GRYNBAUM

Ce contenu pourrait également vous intéresser :

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages