Coupe Davis : le grand saut dans l'inconnu

En finale, il y a peu de chances pour que la Colombie soit représentée autrement que par le déhanché de Shakira, chargée de chauffer la Caja Mágica de Madrid dimanche prochain. La logique invite davantage l'Espagne de son organisateur de mari, Gerard Piqué. Un scénario qui remplirait les 12.400 places du Central et d'aise le groupe Kosmos, cornaqué par le défenseur du Barça, qui a mis le paquet pour obtenir les clés de la Coupe Davis (3 milliards de dollars sur 25 ans). Pour le reste, le climat entourant cette 108e édition, la première ramassée sur une semaine via des matches élagués (deux simples et un double au meilleur des trois sets), relève du point d'interrogation.

Lire aussi - Nouvelles règles, technologie... Bienvenue dans le laboratoire du tennis

Alors que le tournoi de Madrid fait recette, Kosmos a concédé des difficultés à écouler ses billets, surtout pour les sessions du matin, malgré un prix plancher abordable (25 euros). En lice avec la Grande-Bretagne, Andy Murray pressent que "l'atmosphère des rencontres domicile-extérieur va lui manquer", tout en se disant "curieux de voir à quoi tout ça va ressembler". Un sentiment répandu. La bonne surprise, c'est le plateau : douze membres du Top 20 annoncés, la plupart des absences (Federer, Wawrinka, Thiem, Tsitsipás) découlant de celle de leur pays.

"Les joueurs ne voulaient plus d'une Coupe Davis sur quatre semaines mais ils restent sensibles à son prestige, et c'est la raison majeure de leur présence massive", note Be...


Lire la suite sur LeJDD

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi