Tennis - Coupe Davis - Jérémy Chardy : «Avec Yannick, deux potes qui vont aller à la bagarre»

L'Equipe.fr
Jérémy Chardy se réjouit d'avoir été retenu pour disputer le deuxième simple du quart de finale de Coupe Davis contre la Grande-Bretagne, vendredi après-midi, et de vivre son premier match avec Yannick Noah en soutien sur la chaise.

Jérémy Chardy se réjouit d'avoir été retenu pour disputer le deuxième simple du quart de finale de Coupe Davis contre la Grande-Bretagne, vendredi après-midi, et de vivre son premier match avec Yannick Noah en soutien sur la chaise.«Quel est votre état d'esprit à la veille du quart de finale ? Il y a quinze jours, je ne m'attendais pas à être ici, à Rouen. C'est ça qui est bien dans le tennis, tout peut vite changer. Tu as ta chance chaque semaine. Quand Yannick (Noah) m'a appelé pour être cinquième homme, c'était déjà une bonne nouvelle. J'ai tout donné à l'entraînement, je me sens très bien, et je pense que c'est pour ça qu'il m'a sélectionné. La Coupe Davis, c'est la plus belle des récompenses. J'ai hâte d'être à vendredi et de commencer mon match. Le plus important, c'est de rapporter des points ce week-end.Pour la première fois, vous aurez Yannick Noah à vos côtés, sur la chaise...Je pense qu'il peut beaucoup m'apporter. Quand on va entrer sur le court, ce sera deux potes qui vont aller à la bagarre.Comment vous sentez-vous physiquement ?Ça fait quinze jours que j'ai de nouveau de bonnes sensations sur le terrain. Je me sens de mieux en mieux physiquement, il n'y a plus de douleur. J'ai dit que je n'avais pas de repères sur des matches en cinq sets, mais quand tu joues en Coupe Davis, que tu sois prêt physiquement ou pas, tu es prêt dans ta tête, donc tu peux jouer cinq sets ou plus...Que savez-vous de votre adversaire, Daniel Evans ?Je ne le connais pas bien, ce n'est pas facile d'en parler. Il a bien joué ces derniers temps, tout le monde me répète que la terre battue, ce n'est pas sa surface préférée. Tant mieux pour moi. Après, je me concentre surtout sur moi-même : quand je joue bien, c'est moi qui fait le jeu, donc je me soucie souvent moins de mon adversaire. Avec Yannick, on va parler d'Evans, de la tactique, dans l'après-midi. Je n'aime pas trop le faire en avance.»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages