Coupe Davis - Julien Benneteau : «Il y a un an, je perdais au premier tour d'un Challenger»

L'Equipe.fr
Heureux d'avoir su conclure le quart de finale contre la Grande-Bretagne dès le samedi, en remportant le double avec Nicolas Mahut, Julien Benneteau n'a pas caché son émotion, lui qui, il y a un an, repartait du bas de l'échelle.

Heureux d'avoir su conclure le quart de finale contre la Grande-Bretagne dès le samedi, en remportant le double avec Nicolas Mahut, Julien Benneteau n'a pas caché son émotion, lui qui, il y a un an, repartait du bas de l'échelle.Julien Benneteau : «On savait que ça allait être difficile, ça l'a été. Ils nous ont posé beaucoup de problèmes, notamment avec leurs services. Ce n'est jamais évident de jouer un droitier et un gaucher, avec un mec qui sert très fort (Inglot) et l'autre avec plus d'effets (Murray). C'est super d'avoir trouvé des solutions, en faisant plus jouer, en allant plus souvent droit devant...Quand je vois Nico à genoux (après la balle de match), ce sont des sentiments incroyables, des moments magiques. A la fin, ça a été un mélange d'émotions. Il y a un an, j'étais 700e mondial et je perdais au premier tour du Challenger de Barletta... J'étais loin de penser qu'un an plus tard, j'allais gagner un point pour aller en demie de Coupe Davis (il est au bord des larmes).» Nicolas Mahut : «On voulait finir ce soir (samedi), pour que les gars n'aient pas à revenir demain (dimanche). On a vécu la rencontre à 100%, dans une ambiance extraordinaire, avec au début une Marseillaise un petit peu difficile à gérer. Ça a été dur, on s'est bagarré, mais on a pris beaucoup de plaisir. Avec Julien, on se connaît depuis plus de 20 ans, les automatismes reviennent très rapidement et la communication est très facile. Avant le match, on s'était dit de se dire les choses, de ne rien s'interdire. (Sur sa remise d'un smash adverse hors des limites du terrain) J'étais surpris qu'il me la rejoue dessus, je me suis dit ''Ok, on va essayer de la remettre alors...''Cette première à domicile pour moi, c'était magique. Je l'attendais pour deux raisons : jouer devant le public français, et face à la Grande-Bretagne, qui restait un souvenir douloureux pour moi (Queen's 2015).» Mahut continue de jouer depuis les gradins !

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages