Coupe Davis - Leon Smith, capitaine de la Grande-Bretagne : «Terre battue ou pas, il y a un filet et des lignes»

L'Equipe.fr
Leon Smith, le capitaine de la Grande Bretagne, a estimé jeudi que son équipe aura les armes pour s'exprimer ce week-end, sur la terre battue rouennaise.

Leon Smith, le capitaine de la Grande Bretagne, a estimé jeudi que son équipe aura les armes pour s'exprimer ce week-end, sur la terre battue rouennaise.«Comment trouvez-vous les conditions de jeu à Rouen ?On trouve le court très bien. Ici, vous avez la chance de pouvoir compter sur les équipes de Roland-Garros qui ont fait un boulot fantastique. Comme c’est indoor, ça va assez vite, dans des conditions forcément sèches, c’est bien.Votre numéro un, Daniel Evans, n’a pas gagné un match sur terre depuis quatre ans. Votre rôle consiste-t-il principalement à lui faire croire en ses chances ?On parle beaucoup de son absence de résultats sur cette surface mais on oublie que c’était son choix de ne pas y jouer, notamment l’an passé, parce qu’il avait pour priorité d’intégrer le top 100 et qu’il était allé disputer des Challengers sur dur pour cela. Mais vous savez, terre ou pas, il y a un filet et des lignes. C’est un court de tennis et il sait jouer au tennis. La grosse différence tient aux déplacements mais il est très athlétique et bouge bien. Il peut s’adapter vite, on verra. Pour moi, il a tout à gagner car tout le monde s’attend à ce que les Français le battent. Pour eux, ce serait une défaite qui ferait très mal.Vous ne pouvez pas compter sur votre leader, par ailleurs numéro un mondial, Andy Murray, blessé au coude. Mais est-il impliqué malgré tout dans ce quart de finale ?On est en contact, on a un groupe de conversations par téléphone. Dès que la rencontre commencera, on échangera encore plus c’est sûr. Qu’il soit présent ou pas, il respecte les gars et nous apporte son aide, pour qu’ils soient le meilleur possible sur le court.En simple, la France aligne ses numéros trois (Pouille) et neuf (Chardy), ça vous étonne ?Il y a beaucoup de densité dans le tennis français. J’ai été surpris que les Français remplacent si tôt Simon par Chardy mais ça veut dire que c’était très clair dans leurs têtes. Et puis Jérémy a quand même battu Cilic à Miami récemment. La France a un tel réservoir que je ne suis pas étonné, non.»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages