Coupe Davis - Yannick Noah : «Ce soir, pas besoin de somnifères !»

L'Equipe.fr
Alors que les Bleus se préparent depuis vendredi pour la demi-finale de Coupe Davis contre la Serbie, Yannick Noah a répondu aux propos incisifs d'Henri Leconte à l'endroit des joueurs français.

Yannick Noah était évidemment satisfait du scénario du quart de finale France-Grande Bretagne (2-0), à l'issue des deux premiers simples, vendredi. Le capitaine des Bleus a apprécié les prestations de Lucas Pouille puis de Jérémy Chardy. Et la galère de Daniel Evans sur la terre battue rouennaise.Sur la victoire de Lucas Pouille : «Lucas a dominé dans un premier temps, et puis il a eu un moment de flottement. Ce tie-break (du deuxième set), il est tellement important, il peut tellement changer la rencontre... Une fois qu'il l'a gagné, ça allait mieux, pour lui et pour moi aussi. On savait que ça allait être plus compliqué contre Edmund.»Sur les progrès du Nordiste : «Sur le court, Lucas progresse, il est capable de gagner des matches, en sachant qu'il a une marge, c'est bien. Il s'installe, et je pense qu'il sera là pour un moment. Pour l'instant, il est irréprochable. Depuis l'an dernier, et certainement avant, la Coupe Davis est une de ses priorités. Le fait qu'il soit venu à Tokyo (début février) nous soutenir, c'est énorme, un geste fantastique. Ça donne des idées aux autres. Bon, on est à Rouen, mais il y a Richard (Gasquet) et Pierre-Hugues (Herbert), ils sont dans l'esprit et c'est important.»Sur la victoire de Jérémy Chardy : «Jérémy a été au-dessus. Je n'avais jamais eu l'occasion de voir Evans jouer, mais par rapport à ce qu'on avait vu à la vidéo, il semblait évident que Jérémy allait avoir beaucoup plus de facilités contre lui, même si je ne dis pas que Gilles n'aurait pas pu gagner. Jérémy a joué comme on l'espérait. C'était assez agréable de voir Evans frustré sur terre battue. On savait qu'il n'avait pas joué sur terre depuis quatre ans (trois, en fait), et effectivement il a joué comme un mec qui n'a pas joué sur terre depuis quatre ans (sourire). Ça me rappelle le temps où j'en chiais sur gazon...»Sur la suite de la rencontre : «2-0, c'est bien, ce soir, pas besoin de somnifères (sourire) ! Depuis que je suis là, c'est certainement notre meilleure semaine en Coupe Davis. Choisir la terre battue, c'était une bonne chose. Mais la première chose qui me vient, c'est que c'est quand même plus facile sans Andy Murray en face (sourire). En double, la surface est un peu moins pénalisante qu'en simple, il y a moins de balles à frapper, beaucoup de retours, de volées. Je m'attends demain (samedi) à un match beaucoup plus compliqué. 3-0, ce serait parfait.»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages