Coupe de France : Granville attend un geste de l’OM pour la recette du match

Maudieu, Mélanie
Johan Gallon, entraîneur de l'US Granville. / Panoramic
Johan Gallon, entraîneur de l'US Granville. / Panoramic

LE SCAN SPORT - Alors que l’OM n’a pas respecté la tradition de reverser la recette du match au plus petit club de la rencontre face à Trélissac en 32ede finale de la Coupe de France, l’entraîneur de Granville se demande si le club phocéen le fera au prochain tour contre son équipe.

En gardant sa part de recette en 32ede finale de la Coupe de France lors de sa qualification face à Trélissac (1-1, tab 2-4), l’OM a fait polémique. Hier, Ouest-Francea relayé les propos de Johan Gallon , entraîneur de l’US Granville qui jouera les 16ede finale face aux Marseillais. Il espère que le club phocéen fera un geste pour son équipe au prochain tour tout en affirmant que si ce n’était pas le cas, l’OM en avait parfaitement le droit : «Il y a un règlement et l’OM l’a respecté. Maintenant on peut changer les règles : que les clubs de Ligue 1 et Ligue 2 laissent la recette quand ils jouent des amateurs. Mais rien ne les oblige pour le moment donc il n’y a pas de polémique… Mais s’ils veulent nous laisser la recette, on est preneur parce qu’on en aura besoin pour affronter la saison prochaine». L’OM fera-t-il un geste pour le club normand ? Réponse ce vendredi lors des 16ede finale de la Coupe de France.

Le 5 janvier dernier, à la fin du match entre Trélissac et l’OM en 32ede finale de la Coupe de France, Fabrice Faure, le président du club du Périgord, avait réagi sur le fait que Marseille n’avait pas laissé sa part de recette comme le font généralement les gros clubs. «Merci pour le football amateur», avait déclaré avec ironie et amertume (...) Lire la suite sur sport24.com

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Neymar ne fêtera pas son anniversaire cette année

Spectaculaire cambriolage au domicile londonien de Mamadou Sakho

Les bonnes résolutions sportives prises pour 2020 cessent ce dimanche

L’immense gâchis des sites de Rio 2016 laissés à l’abandon

Inscrivez-vous à la newsletter de Sport24

À lire aussi