Coupe de France, PSG : le match d'une vie pour les "Titis" d'Avranches

Le tirage au sort des quarts de finale de la Coupe de France a réservé un match de prestige à Avranches, pensionnaire de National (13e). Le match d'une vie pour toute l'équipe. En particulier, Anthony Beuve, le gardien (28 ans), et Kévin Schur, le couteau suisse (26 ans), tous deux passés par le PSG. Les deux joueurs partis en U15 se préparent aux retrouvailles. Non sans un brin de nostalgie. "Ça reste des années gravées parce que j'ai fait des tournois exceptionnels. C'était une fierté et c'est toujours une fierté d'avoir porté ce maillot", confie Anthony Beuve, pour Goal. Même son de cloche pour Kévin Schur, natif de Saint-Germain-en-Laye et grand supporter du club, comme son coéquipier : "Le PSG, c'est une part importante de ma carrière. J'ai joué les 3/4 de mon temps là-bas et dès que j'ai du temps j'y retourne." 

Emery : "Je travaille comme si j'allais rester toute ma vie ici"

Les deux "Titis parisiens" nous parlent du plus gros match de leur carrière et d'un tirage de rêve. "On est tous les deux formés là-bas et c'est sûr qu'on ne pouvait pas rêver mieux parce que c'est la meilleure équipe de France", lance Kévin Schur. "C'est le match de ma vie. Peut-être l'une des mes dernières chances d'aller voir plus haut", surenchérie Anthony Beuve, qui n'a jamais joué au-delà du National malgré quelques opportunités d'aller voir plus haut. "L'année dernière ou l'année d'avant, ça aurait pu se faire, mais je n'ai pas eu d'offres, juste des contacts avec le Stade Malherbe de Caen, qui est le club voisin et qui a une bonne entente avec Avranches, nous explique-t-il. J'ai aussi eu l'occasion, via des connaissances, de signer à Lens, mais ça ne s'est pas fait à quelques jours près parce que je venais de signer mon contrat à Avranches. Le Red Star était intéressé à la trêve, l'année dernière. Autant d'opportunités qui sont arrivées à un moment où ce n'était pas forcément possible. Peut-être qu'un jour je m'en voudrais." 

"On va jouer contre des extraterrestres"

Avranches-PSG, c'est l'occasion de se montrer. En particulier pour le gardien normand qui raconte : "Ma seule crainte, c'est de traverser le match sans avoir l'occasion de montrer mes qualités. Imaginons, je ne fais pas d'arrêts et on perd 5-0, sans que je sois décisif pour l'équipe... Je m'en voudrais une bonne partie de ma vie. Ça me met une pression supplémentaire, mais il faut relativiser. C'est un match qui n'aurait jamais dû avoir lieu et il faut le prendre comme une chance". Pour Kévin Schur, l'ancien compagnon de chambre de Mamadou Sakho, le discours est le même : "Jouer le PSG, ça n'arrive pas tous les jours. On va jouer contre des extraterrestres, des joueurs qui jouent des Coupes du monde, des Euros. On ne s'est jamais mesurés à des joueurs comme ça et ça va être intéressant de voir comment ça se passe." Car contrairement à Mamadou Sakho, lui n'a pas encore réussi à accéder à l'élite du football français. Un objectif qu'il atteindra l'espace d'une rencontre avant, pourquoi pas, de jouer plus haut à l'avenir.


L'anecdote du "Titi parisien" - J'étais avec Steven N'Zonzi. La plupart des joueurs avec qui j'ai joué ont eu quelques matches en Ligue 1 ou sont partis à l'étranger. C'est le cas de Kevin Pariente qui est parti à Levante. Il y a avait Granddi Ngoyi, Yannick Boli, Aliou Dembélé, qui joue maintenant à Niort en Ligue 2. Moi, mes parents ne pouvaient plus assumer le fait de m'emmener au Camp des Loges. Après le boulot, c'était compliqué. Il y avait quand même un certain trajet à faire. Ils ont fait le choix d'arrêter et ça reste quand même une déception de ne pas avoir pu continuer là-bas.

L'anecdote du "Titi parisien" - J'ai été les voir à l'entraînement il y a un mois et demi. Quand j'étais petit déjà, je les trouvais incroyables. Jamais de la vie je ne me serais dit que je pourrais jouer en CFA ou un truc comme ça. En fait, j'étais ébloui par le niveau, par les joueurs. Je me souviens, je parlais beaucoup avec eux. À l'époque, il y avait Laurent Leroy et tout ça. J'étais à la Mairie de "Saint-Ger" quand ils ont gagné la Coupe des Coupes. Mon joueur joueur préféré, c'était Youri Djorkaeff. C'est un ensemble de choses qui font que c'est incroyable de pouvoir jouer un match comme ça.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages