Coupe du monde 2022 : "Un boycott n'est pas envisageable" selon Carole Gomez, spécialiste en géopolitique du sport

Alexandra Lopez
·1 min de lecture

Est-ce que ces actions sont utiles ?
Carole Gomez
: "Je considère qu’elles sont relativement efficaces puisque cela permet d’attirer l’attention sur la situation. Il y avait eu des enquêtes publiées il y a quelques années sur la situation des droits humains et notamment des droits des salariés sur les chantiers au Qatar ce qui avait conduit à certaines avancées à cette période, mais c’était quelque chose qui avait eu tendance à passer au second plan au regard des différentes actualités. Là, suite à la publication de l’enquête du Guardian fin février et de ces initiatives, c’est quelque chose qui attire l’attention ce qui permet surtout de mettre une pression directe ou indirecte sur l’état du Qatar et donc d’améliorer la situation de ces employés."

Quelles peuvent-être les conséquences de ce mouvement sur la FIFA ?
C.G
: "La FIFA a fait plusieurs communiqués en rappelant l’importance du respect des droits humains donc on peut considérer que l'instance va se rapprocher du comité d’organisation pour essayer de faire avancer ce sujet. Ça a d’ailleurs été le cas ces dernières années à la suite de la...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi