France-Australie : « Il ne faut pas nous sous-estimer »… Les Bleus envoient un message fort

FOOTBALL - Moins tranchante que par le passé avant d’arriver à Doha, l’équipe de France a affiché un visage conquérant et séduisant, et ce malgré la cascade de forfaits qui lui est tombée sur le nez

De notre envoyé spécial à Doha,

L’histoire des aventures en Coupe du monde est faite de moments fondateurs, qu’ils soient petits ou grands, évidents au premier regard ou imperceptible à l’œil nu. Il n’y a pas forcément besoin qu’ils soient spectaculaires ni même joyeux, et pas non plus nécessairement qu’ils aient lieu en match à élimination directe. En gros, il n’y a pas que des « demi-volées Pavaaaaaard » pour cimenter un groupe et lancer une dynamique. Prenez par exemple ce courts laps de temps entre l’ouverture du score australienne, la grave blessure de Lucas Hernandez et l’égalisation d’Adrien Rabiot de la tête dix-huit minutes plus tard. Eh bien, c’est peut-être là que s’est jouée une partie du Mondial tricolore.

Frappés une nouvelle fois par le sort après avoir déjà perdu sur la route Presnel Kimpembe, Christopher Nkunku et Karim Benzema, les Bleus auraient pu sombrer mentalement en voyant les visages tordus de douleur de leurs copains. Comment aurait-on pu leur en vouloir ? Visiblement le message était clair, cette Coupe du monde ne voulait pas d’eux. « Ça commence à faire vraiment beaucoup, soufflait Lloris en zone mixte après le match. Mais malgré ça il faut continuer à avancer et ça doit nous souder (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Coupe du monde 2022 : Les Bleus font la nique au signe indien et lancent parfaitement leur aventure
Coupe du monde 2022 : Upamecano et Konaté titulaires, Deschamps taquin… Le journal des Bleus
France-Australie : Quelle serait votre compo idéale si vous étiez à la place de Didier Deschamps ?
Coupe du monde 2022 : « Ces derniers temps, il est adoré ! », Deschamps pique les journalistes au sujet de Giroud
Coupe du monde 2022 : « On a quand même été servis depuis 98 »… Pourquoi il faut dédramatiser en cas d’échec des Bleus