Coupe du monde 2022: Yassine Bounou, la discrétion et l’efficacité d’un gardien de but

© REUTERS / LEE SMITH

Yassine Bounou, un des héros de la qualification du Maroc pour les quarts de finale, ne fait pas partie des gardiens les plus médiatisés en Europe. Pourtant, le portier marocain, qui garde les cages du FC Séville, a largement les arguments pour être sur le devant de la scène.

De notre envoyé spécial au Qatar,

Longtemps, le peuple marocain se souviendra de lui, de son visage juvénile, de son sourire. Et surtout de cette discrétion, qui fait souvent la marque de fabrique des grands.

Avec son mètre quatre-vingt-onze, Yassine Bounou, 31 ans, est entré dans l’histoire du foot marocain un mardi 6 décembre 2022. Date à laquelle il a arrêté deux tirs au but face à l’Espagne et envoyé les Lions de l’Atlas en quarts de finale, pour la première fois depuis leur première participation à une Coupe du monde. En cours de partie, « Bono » a aussi boxé deux coups francs piégeux de Dani Olmo (55e, 90e+5).

« C’est un top gardien »

« On a joué avec nos armes, et nos joueurs avaient envie d’un exploit. Ce n’est pas facile de rester concentré pendant 120 minutes, face à une équipe espagnole qui domine bien le ballon, qui a la possession », racontait-il devant une nuée de micros. « Les tirs au but, c’est aussi un peu de chance », glissait-il aussi avec une humilité déconcertante.

« Oui, il fait partie des meilleurs gardiens de cette compétition. Je le connaissais déjà, et c’est le bon côté de la Coupe du monde de mettre en valeur des joueurs qui ont du talent, mais qui évoluent dans des clubs moins prestigieux que d’autres », commente Hugo Lloris, portier de l’équipe de France et champion du monde en 2018.

Il débarque à Séville en 2019


Lire la suite sur RFI