Coupe du monde au Qatar : pourquoi certains footballeurs portent-ils un drôle de masque ?

AL RAYYAN, QATAR - DECEMBER 02:  Son Heung-min of Korea Republic looks dejected during the FIFA World Cup Qatar 2022 Group H match between Korea Republic and Portugal at Education City Stadium on December 2, 2022 in Al Rayyan, Qatar. (Photo by Marc Atkins/Getty Images)
Marc Atkins / Getty Images AL RAYYAN, QATAR - DECEMBER 02: Son Heung-min of Korea Republic looks dejected during the FIFA World Cup Qatar 2022 Group H match between Korea Republic and Portugal at Education City Stadium on December 2, 2022 in Al Rayyan, Qatar. (Photo by Marc Atkins/Getty Images)

MONDIAL 2022 - Vous avez peut-être remarqué la drôle d’allure de ces joueurs masqués durant les matchs de la coupe du monde au Qatar. Le Coréen Son Heung-min, le Croate Joško Gvardiol ou encore le Tunisien Ellyes Skhiri… Tous se sont montrés avec un drôle de masque noir recouvrant leur visage du front au bout du nez. Si son usage peut interloquer, la raison est avant tout médicale.

Faits de polycarbonate, ces masques à la Hannibal Lecter sont faits pour protéger le visage des joueurs en cas de blessure. Il s’agit le plus souvent d’éviter d’aggraver des fractures en cas de contact et donc de permettre à un joueur blessé de revenir plus rapidement sur le terrain sans se mettre en danger.

Un accessoire « vraiment léger » et résistant

C’est par exemple le cas de Son Heung-min. L’international coréen, joueur de Tottenham, a failli manquer la Coupe du monde à cause d’une quadruple fracture au niveau de l’œil gauche. Son état incertain faisait craindre le pire à tout un pays, mais l’attaquant s’est finalement envolé pour le Qatar, où il s’est illustré muni de son masque protecteur.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

L’accessoire n’est pas particulièrement gênant en jeu, et serait même « vraiment léger » et résistant, selon lui. « Le masque était plus confortable que je ne le pensais. En fait, c’était même un peu plus confortable que quand je l’utilisais en Angleterre. À part transpirer plus parce qu’il fait plus chaud, il n’y a pas de grande différence », a confié le Coréen.

Le Tunisien Ellyes Skhiri a lui aussi été vu avec un masque de protection. Il est le résultat d’une fracture des pommettes survenue au mois d’octobre dernier. Pour prévenir davantage de dommages, le joueur du FC Cologne a ainsi lui aussi fait le choix d’imprimer une protection en 3D pour recouvrir son visage.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Un cas de figure également connu par le Belge Thomas Meunier. Lui aussi victime d’une fracture aux pommettes, il a été obliger de jouer masquer au Mondial et s’est même amuser à se comparer au tueur des films d’horreur Halloween, Michael Myers, sur son compte Twitter.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi