Coupe du monde féminine : pourquoi les tribunes des matchs "à guichets fermés" sont-elles si peu remplies ?

Pierre Godon
Un million de billets déjà vendus et une quinzaine de matchs annoncés à guichets fermés… La Coupe du monde féminine dans l'Hexagone est présentée comme un formidable succès populaire. Elle l'est, indéniablement, mais pas autant que le marketing le proclame.
Un million de billets déjà vendus et une quinzaine de matchs annoncés à guichets fermés… La Coupe du monde féminine dans l'Hexagone est présentée comme un formidable succès populaire. Elle l'est, indéniablement, mais pas autant que le marketing le proclame.

La Fifa le claironne sur tous les toits depuis des semaines : la Coupe du monde féminine en France est un succès. Pour le grand public hexagonal, l'affirmation paraît au premier abord exacte : les deux matchs des Bleues se sont déroulés devant des stades pleins, ou presque. Quelque 45 000 personnes au Parc des Princes, 35 000 cinq jours plus tard à Nice, alliées à des audiences télé stratosphériques : les conditions sont réunies pour que la fête soit belle.

Là où le bât blesse, c'est quand les Bleues ne sont pas sur le terrain. Non que les arabesques de l'Américaine Alex Morgan ou de la Néerlandaise Shanice van de Sanden ne vaillent pas le déplacement, mais parce que la communication de la Fifa est prise en flagrant délit d'exagération. Tout a commencé à un mois de la compétition, quand le compte Twitter de l'évènement claironnait à son public qu'il pouvait "encore acheter des tickets pour quelques matchs".

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

A peu près au même moment, on apprenait que 800 000 des 1,3 million de sésames étaient déjà partis. Faites le calcul, cela faisait encore 500 000 tickets dans la nature.

Le compte n'est pas bon

Arrive le congrès de la Fifa, concomitamment au début de la Coupe du (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi

À lire aussi