Coupe du monde : huit capitaines européens vont porter un brassard arc-en-ciel au Qatar

Le brassard de Manuel Neuer que portera également Raphaël Varane. (DFB_Team)

Les capitaines de huit sélections européennes qualifiées pour la Coupe du monde au Qatar porteront à cette occasion un brassard arc-en-ciel, destiné à lutte contre les discriminations.

À l'heure où se multiplient les appels au boycott de la prochaine Coupe du monde, une initiative symboliquement importante a été annoncée hier, tendant à démontrer que les joueurs concernés par l'événement ne sont pas insensibles à ses enjeux sociétaux. En effet, un communiqué de la Fédération Anglaise (FA) a révélé que, dans le cadre d'une campagne contre les discriminations intitulée « OneLove », les capitaines de huit sélections européennes qualifiées pour le Mondial (l'Allemagne, l'Angleterre, la Belgique, le Danemark, la France, les Pays-Bas, le Pays de Galles et la Suisse) vont porter un brassard arc-en-ciel lors des prochains matches de Ligue des Nations, mais aussi pendant la compétition au Qatar, un pays où l'homosexualité est illégale.

« En tant que capitaines, nous nous affrontons sur le terrain, mais nous combattons ensemble toutes les formes de discriminations », a clamé Harry Kane, le capitaine des Trois Lions dans un communiqué, tandis que Raphaël Varane, qui portera ce soir le brassard en l'absence d'Hugo Lloris, a confié en conférence de presse : « Pour moi c'est un honneur de défendre certaines valeurs [...]. C'est un message commun. C'est bien d'avoir cette unité. »

Couleurs différentes et guerre d'influence
Reste que cette démarche, aussi forte soit-elle en termes d'image, soulève quelques questions, notamment parce que le brassard que porteront les capitaines présente des couleurs qui différent un peu du drapeau LGBT, ce qui interroge sur la nature exacte des discriminations qu'il dénonce.

Par ailleurs, on ignore qui sont les instigateurs de cette mobilisation, puisque Varane a évoqué « une initiative de différentes fédérations européennes », alors que le communiqué de la FA explique que la campagne OneLove trouve son origine « aux Pays-Bas », tandis que la fédération allemande affirme qu'elle émane d'un groupe de travail de l'UEFA chargé d'étudier « les questions relatives aux droits des travailleurs et aux droits humains au Qatar jusqu'au Mondial 2022 ».

Si la dernière hypothèse se confirme, cette concorde des capitaines, tout en restant louable au vu des objectifs qu'elle poursuit, s'apparente aussi à un nouvel épisode de la guerre d'influence que se livrent la FIFA et l'UEFA.

lire aussi
Les enjeux des deux dernières journées de la Ligue des nations