Coupe du monde : de plus en plus anglophiles, les joueurs sénégalais rêvent de défaire les Three Lions

© AYMAN AREF / NURPHOTO / NURPHOTO VIA AFP.

Aliou Cissé, on l’a appris samedi, répète souvent à ses joueurs : « Plus vous serez dans des clubs importants, plus vite vous gagnerez en maturité. » C’est une des incitations de la diaspora sénégalaise en Angleterre : de la sélection actuelle, ils sont dix. En 2002, lorsque les Lions de la Teranga ont battu la France, tenante du titre, et atteint les quarts de finale, pas un n’avait franchi la Manche ; 20 sur 23 portaient le maillot d’une équipe tricolore. Au retour d’Asie, le défenseur et capitaine Aliou Cissé avait quitté Montpellier, son quatrième club hexagonal, pour Birmingham City ; plus tard, El-Hadji Diouf et Salif Diao ont été recrutés par Liverpool. « Encore aujourd’hui, constate le Lillois Régis Bogaert, adjoint de Cissé depuis onze ans, ceux qui évoluent en France rêvent de partir en Angleterre »

« Le rêve de la Premier League »

Lire aussi - Coupe du monde 2022 : à Lusail, au Qatar, plongée dans une bulle futuriste

Ils ne boudent pas la Ligue 1 – 18 des 26 présents au Qatar y sont passés – mais l’envisagent comme un tremplin vers la Grande-Bretagne. Les exemples passés [Sadio Mané à Liverpool] et présents [Kalidou Koulibaly et Edouard Mendy à Chelsea, Cheikhou Kouyaté à Nottingham Forest] sont incitatifs. « La Premier League est hyper attractive, reconnaît le gardien rennais Alfred Gomis. Tout le monde rêve ­d’évoluer à ce niveau-là. » Si le total de ­pensionnaires en Ligue 1 et Ligue 2 reste important (dix), il a tout de même été divisé par deux. Alors, plutôt ...


Lire la suite sur LeJDD