Coupe du monde: l'Arabie saoudite candidate en 2030 ou 2034

IconSport

Coupe du monde 2030 ou 2034 ? Une candidature saoudienne doit viser l'édition la plus propice à ses chances d'obtenir l'organisation de la compétition phare du football, a estimé le président de la Confédération asiatique de football (AFC), Salmane ben Ibrahim al-Khalifa. "L'Arabie saoudite arrive en force et nous sommes en train de nous coordonner avec les autres Confédérations et la Fifa pour accueillir la Coupe du monde en 2030 ou en 2034, en accord avec tout le monde, pour que, une fois le dossier déposé, nous soyons confiants à 90% au moins", a expliqué le patron de l'AFC, qui s'exprimait lundi à Beyrouth (Liban).

"Je pense que l'Arabie saoudite est un pays capable d'organiser un tel tournoi mais nous devons choisir le bon moment, 2030 ou 2034", a ajouté le dirigeant bahreïni. "Si notre taux de réussite dans l'organisation du tournoi est meilleur en 2034, nous examinerons cela, et si les conditions sont plus favorables en 2030, pourquoi pas ? Mais la question n'est pas uniquement liée à la Confédération asiatique. Nous avons 47 voix, alors qu'il faut plus de 110 voix pour obtenir la Coupe du monde. Nous devons avoir le soutien d'autres continents."

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Déjà plusieurs candidatures communes actées pour 2030

Le trio Maroc-Espagne-Portugal ainsi qu'un quatuor sud-américain (Argentine, Chili, Paraguay, Uruguay) ont déjà fait acte de candidature pour le Mondial 2030. L'idée d'une candidature commune entre l'Arabie saoudite, la Grèce et l'Egypte a été évoquée il y a huit mois par le gouvernement égyptien, mais n'a pas encore été officialisée.

À l'instar de ses voisins qataris, qui ont organisé la Coupe du monde 2022, et émiratis, l'Arabie saoudite, premier exportateur de pétrole brut au monde et plus grande puissance économique du monde arabe, multiplie l'accueil de compétitions sportives visant à développer son soft power : un Grand Prix de Formule 1, un ePrix (Formule électrique), le rallye-raid Dakar, le Saudi Tour cycliste... Le royaume a aussi été désigné en octobre dernier pour accueillir les Jeux asiatiques d'hiver 2029, une décision critiquée par des défenseurs de l'environnement en raison notamment des conditions climatiques désertiques.

Depuis l'ascension du prince héritier Mohammed ben Salmane, le pays s'est lancé dans un vaste programme de réformes économiques et sociales destinées à sortir le pays de sa grande dépendance à l'or noir mais aussi à améliorer son image internationale, sur fonds d'accusations récurrentes de violations des droits humains.

Article original publié sur RMC Sport