La Coupe du monde va débuter sans les Russes

La Russe Natalia Nepryaeva, qui avait remporté la Coupe du monde de ski de fond l'an dernier, ne pourra pas concourir cette année en raison de sa nationalité. (M. Cottin/Presse Sports)

La Coupe du monde 2022-2023 va débuter vendredi à Ruka (Finlande) sans la Russie, exclue en raison de la guerre en Ukraine, mais qui est l'une des deux grandes nations de ce sport avec la Norvège.

La Coupe du monde de ski de fond débute ce vendredi à Ruka (Finlande) sans l'une des deux grandes nations de ce sport, la Russie (mais aussi la Biélorussie), privée de compétition en raison de la guerre en Ukraine. Le conseil de la Fédération internationale de ski (FIS) a confirmé cette décision fin octobre, en suivant les recommandations du Comité international olympique.

Mais en ski de fond, plus que dans certains sports, cela ouvre la voie aux meilleurs des autres pays, car les Russes avaient gagné près d'un tiers des médailles distribuées aux Jeux Olympiques de Pékin en février. Natalia Nepryaeva avait aussi remporté le classement général de la Coupe du monde et Alexander Bolshunov terminé 2e chez les hommes, après avoir gagné le gros globe deux saisons d'affilée.

« D'autres vont les remplacer, à nous de saisir les opportunités ! Peut-être qu'il y aura de nouvelles stars, de nouvelles hiérarchies, un nouveau skieur monstrueux », a confié le Français Maurice Manificat à l'AFP.

Alors que la Coupe du monde reprend à une trentaine de kilomètres de la frontière russo-finlandaise, les internationaux russes se contentent de compétitions locales, comme la Coupe du Russie, et relaient régulièrement leur incompréhension sur leurs réseaux sociaux.

En l'absence des Russes, les Norvégiens ont la voie libre chez les hommes, Johannes Hoesflot Klaebo fait figure de favori. Côté féminin, la retraite de la Norvégienne Therese Johaug laisse la porte ouverte.

lire aussi : Toute l'actu des sports d'hiver