Les coups de pieds arrêtés, le talon d'Achille du Barça cette saison

Quel est le défaut récurrent du Barça depuis quelques saisons ? Un indice, Luis Enrique avait essayé d'y remédier à son arrivée en Catalogne...

Non, ce n'est pas la difficulté à maintenir une dynamique, ce c'est pas non plus la difficulté à renouveler le moteur de l'équipe dans le compartiment central du terrain, ni le tarissement de La Masia qui produit des joueurs inégaux après avoir enfanté une génération exceptionelle. Le problème du Barça, surtout cette saison, ce sont les coups de pieds arrêtés.

Luis Enrique avait tout fait pour corriger ce défaut dès son arrivée sur le banc avec un recrutement athlétique. Le Barça avait pris du centimètre, du gardien au milieu en passant par les défenseurs. Mais le problème est toujours là. En 2017, il semble plus présent que jamais.

Des 9 buts encaissés par Barcelone cette année, 5 l'ont été sur phase arrêtée pour un ratio de 55%. C'est assez énorme donc... Jusqu'ici, 7 points ont été perdus par le Barça en Liga et sans cette faiblesse récurrente, le club blaugrana serait actuellement leader du championnat espagnol.

Alex Bergantinos en avait bien profité avec La Corogne, le Real Betis aussi avait su exploiter cette défaillance, mais pour illustrer cette faiblesse barcelonaise, on pense surtout à l'égalisation tardive de Sergio Ramos au Camp Nou plus tôt cette saison. Pourtant Luis Enrique avait mentionné le sujet en conférence de presse d'avant-match, évoquant la nécessité de ne pas conéder de coups-francs aux abords de la surface de réparation...

Il est d'ailleurs assez frappant de constater que la force du Real cette saison réside dans la faiblesse du Barça. Le club merengue a souvent été sauvé en Liga par les phases arrêtées avec notamment un Sergio Ramos stratosphérique et un Toni Kroos très précis.

Luis Enrique n'est néanmoins pas le seul à blâmer dans cette affaire. En effet, le technicien catalan chargé de préparer l'équipe pour les phases arrêtées n'est pas le natif de Gijon, mais son adjoint Juan Carlos Unzue. Ce dernier a réussi à faire du bon travail sur l'aspect offensif des coups de pieds arrêtés, mais ne trouve pas encore la clé sur l'aspect défensif.

Quand on sait que Juan Carlos Unzue est considéré par les dirigeants du Barça pour succcéder à Luis Enrique, on se dit que ce défaut récurrent risque de le rester encore longtemps.

 

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages