Une course, une histoire : festival "tricolore" au Grand Prix du Brésil 1980

Une course, une histoire : festival "tricolore" au Grand Prix du Brésil 1980
![CDATA[]]

La saison 1980 avait très mal commencé en Argentine pour les deux équipes françaises Ligier et Renault, dont on attendait beaucoup. Elles n’y avaient guère fait illusion, notamment Renault.

Qui se trouvait, en outre, au centre d’un affrontement politique entre la fédération internationale et l’association des constructeurs (FOCA), cette dernière, dirigée par Bernie Ecclestone, prônant l’interdiction des moteurs turbo dont l’existence mettait en péril le moteur Ford-Cosworth qui propulsait les F1 anglaises… et les Ligier.

Les conflits étaient nombreux et d’ordres divers, l’un d’eux opposant notamment les pilotes à Ecclestone dont les prérogatives ne cessaient de croître.

Les pilotes, emmenés par le champion du monde Jody Scheckter, jugeaient dangereux le circuit d’Interlagos à São Paulo où devait être disputée la 2e manche du championnat.

L’autorité d’Ecclestone fut la plus forte et le Grand Prix du Brésil eut finalement bien lieu comme prévu, le 27 janvier 1980, deux semaines après l’Argentine.

A cette époque, Interlagos était très différent de ce qu’il est de nos jours. Il se développait sur un vaste parcours de 7,814 km comportant des difficultés très variées. Sur ce tracé exigeant, les F1 étaient mises à rude épreuve.

La surprise fut d’autant plus grande d’y voir une Renault dominer l’opposition dès les essais. A son volant, Jean-Pierre Jabouille avait pleinement exprimé son talent de metteur au point. Il avait déterminé des réglages d’une efficacité aussi...Lire la suite sur Sport Auto