Course - Morbidelli résiste à Miller, Mir entre dans l'Histoire !

Léna Buffa
·4 min de lecture

Comme quatre autres pistes précédemment cette saison, Valence accueillait deux courses cette saison. La première, le week-end dernier, avait mené Joan Mir à la victoire, la seconde lui aura permis de remporter le titre mondial !

Le pilote espagnol s'élançait seulement de la 12e position, encadré par ses deux plus proches poursuivants au championnat, Fabio Quartararo qualifié 11e et Álex Rins 14e. À l'avant de la grille, Franco Morbidelli voulait d'exploiter ses chances jusqu'au bout, après avoir affiché sa solidité depuis le début de ce Grand Prix, et il n'aurait pu mieux y parvenir.

Bien que Jack Miller ait été auteur du holeshot à l'extinction des feux, le pilote Petronas, parti de la pole position, a rapidement pris les rênes en profitant d'une trajectoire élargie de l'Australien. Il s'est alors lancé dans une course en tête, similaire à celles qu'il a menées précédemment à Misano et Aragón, affichant sa capacité à résister à toute pression jusqu'au drapeau à damier.

Un premier opposant de Joan Mir dans la course au titre est sorti de scène dès les premiers tours, en l'occurrence Fabio Quartararo. Celui qui avait été le premier à mener le championnat en début de saison a tiré tout droit au virage 2 lors du départ, dégringolant ainsi à la 20e place. Lancé dans une tentative de remontée, il touchait la zone des points lorsqu'il a une nouvelle fois perdu de précieuses places dans le septième tour, avant de recevoir un avertissement pour avoir dépassé les limites de la piste... Son calvaire a pris fin dans le neuvième tour avec sa chute dans le virage 6, et cette fois ses dernières chances de titre s'étaient envolées.

Quartararo rapidement hors jeu

La chute de Quartararo faisait suite à celle de l'autre Français du plateau, Johann Zarco. Le pilote Avintia était en bagarre avec Álex Rins pour la sixième place (l'Espagnol étant passé de 12e à huitième au départ) lorsqu'il a perdu l'avant au freinage du virage 1, dans le sixième tour.

Si cette sortie de scène de Zarco faisait remonter Rins d'un cran, elle permettait aussi à Mir de se hisser à la neuvième place, lui qui était sagement installé derrière Aleix Espargaró, et de mettre encore un peu plus de chances de son côté pour assurer le titre. Dans le 12e tour, le leader du championnat a pris l'ascendant sur le pilote Aprilia pour grapiller encore un point de plus, alors que son coéquipier délogeait Miguel Oliveira de la cinquième place.

Rapide (les meilleurs temps battaient déjà ceux du week-end dernier), mais sage, la course s'est installée dans le rythme imprimé par Morbidelli, solide leader devant Miller et Pol Espargaró. Derrière eux, Takaaki Nakagami a remporté son duel initial contre Miguel Oliveira pour la quatrième place, suivi de près par Rins et les KTM d'Oliveira et Binder. À la mi-course, ce petit groupe comptait deux secondes d'avance sur leur poursuivant, un Joan Mir qui n'avait plus qu'à tenir pour être sacré.

À dix tours de l'arrivée, Andrea Dovizioso s'est emparé de la neuvième place au détriment d'Aleix Espargaró, mais c'était très insuffisant pour résister au pilote Suzuki au championnat. Il s'agissait de la première manœuvre donnant le coup d'envoi d'une phase plus intense de la course. Dans le même temps, Nakagami mettait Pol Espargaró sous pression pour tenter d'aller chercher son premier podium. Seulement les espoirs du Japonais se sont vite envolés, son attaque se soldant par une chute dans le virage 14, où sa Honda a même manqué d'envoyer aussi Espargaró au tapis dans l'incident.

Devant, Miller a haussé le rythme dans le sillage de Morbidelli. Si l'avance de l'Italien a touché la seconde, on la voyait descendre à cinq dixièmes seulement en ligne droite, et c'est bien là que le pilote Pramac avait un avantage à exploiter. Auteur du meilleur temps de la course, Miller a grapillé les mètres le séparant de la Yamaha, jusqu'à l'attaquer à l'entrée dans l'avant-dernier tour et brièvement lui chiper les rênes. Les deux hommes ont conclu cette course historique par une superbe passe d'armes, et Morbidelli a finalement opposé une résistance impeccable à son adversaire pour aller chercher sa troisième victoire sur la ligne !

Classement à venir