Covid, sécurité et droits humains… la tension monte à deux semaines des JO de Pékin

·2 min de lecture
REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

Alors que les Jeux Olympiques d’hiver de Pékin débutent le 4 février prochain, la tension monte de plus en plus pour les organisateurs qui doivent répondre à de nombreuses zones d’ombres.

La crainte du covid-19

Le 4 février prochain, Pékin accueillera pour la deuxième fois de son histoire les Jeux Olympiques. Après ceux d’été en 2008, ce sont désormais ceux d’hiver qui doivent débuter, dans un climat particulièrement tendu. D’abord, le covid-19 force d’ores et déjà les organisateurs à prendre des mesures très strictes , dans un pays où des villes entières sont confinées dès l’apparition de nouveaux cas. Officiellement, la Chine ne compte que 105 000 cas et un peu plus de 4000 morts depuis le début de la pandémie. Afin de ne pas provoquer de nouvelle vague, il avait déjà été annoncé voilà plusieurs semaines que les spectateurs étrangers ne pourraient pas se rendre sur place. Les autorités ont décidé d’aller encore plus loin en annulant la vente de tous les billets pour le public, annonçant en échange la distribution d’invitations à des spectateurs sélectionnés. Face à la menace du variant omicron, la chaîne NBC, diffuseur historique des Jeux aux Etats-Unis, a annoncé qu’elle n’enverrait aucun commentateur sur place. Ces derniers travailleront depuis les studios de Stamford, dans le Connecticut. «Nous aurons toujours une présence importante sur le terrain à Pékin et notre couverture de tout sera de premier ordre, comme d'habitude, mais nos plans évoluent de jour en jour, comme c'est le cas pour la plupart des entreprises de médias couvrant les Jeux Olympiques», a précisé NBC.

Le boycott diplomatique de plusieurs pays

Et le covid-19 n’est pas le seul élément source de fortes tensions à l’approche des Jeux Olympiques. La question politique est plus que jamais d’actualité. Plusieurs pays, dont les Etats-Unis, ont prévenu qu’ils boycotteraient diplomatiquement la compétition , c’est-à-dire qu’aucun(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles