Crise à l’hôpital : Indispensables en France, les médecins étrangers toujours dans la précarité

A. GELEBART / 20 MINUTES

SOINS - Une loi de 2019 devait faciliter le recrutement de médecins diplômés en dehors de l’Union Européenne. Mais pour le moment, certains dossiers restent bloqués

« S’ils n’étaient pas là, ce serait le chaos », cingle Mathias Wargon, chef du service des urgences de l’hôpital Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). « Ils », ce sont les médecins formés à l’étranger, en dehors de l’Union Européenne, qui prêtent main-forte aux urgentistes, pédiatres, gynécos en France. Ils sont de plus en plus nombreux parmi les hospitaliers, mais pas toujours dans de bonnes conditions.

Une loi votée en 2019, puis son décret, publié en 2021, devaient permettre de leur assurer un statut moins précaire et leur donner envie de venir et de rester travailler dans l’Hexagone. Mais leur parcours du combattant est toujours d’actualité, et certains dossiers sont même bloqués.

Un bug au moment du recrutement des nouveaux médecins étrangers

« On peut estimer à environ 4.500 le nombre de praticiens ayant un diplôme hors UE exerçant dans les établissements hospitaliers français », note la Direction générale de l’offre de soins (DGOS). Et pour eux, les conditions de travail sont particulièrement difficiles. Au début de leur parcours en France, ils sont « praticiens attachés associés », « placés sous la responsabilité d’un praticien hospitalier et payés deux fois moins qu’un collègue qui a la même ancienneté, explique Salem Ould Zei(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Bordeaux : Pour soulager ses équipes, le CHU va fermer environ 600 lits cet été
Hôpital : Découragés, désengagés… Les soignants à un « point de rupture », alerte Rémi Salomon
Hôpital : Pourquoi le sujet de l’intérim est capital pour la « mission flash » sur les urgences ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles