Crise au CNOSF : Séminet porte plainte à son tour contre Henriques

Didier Séminet, à gauche, au côté de Brigitte Henriques, le 13 septembre 2021 à l'Elysée. (AFP)

L'ancien secrétaire général du CNOSF Didier Séminet a porté plainte lundi auprès du procureur de la République de Paris, contre la présidente Brigitte Henriques pour « dénonciation calomnieuse » et « abus de confiance ».

En combien d'épisodes se jouera la série sur la crise de gouvernance au Comité national olympique et sportif français ? Bien malin qui pourrait le dire. Alors qu'un quatuor composé de trois présidents de fédérations et d'Astrid Guyart, nouvelle secrétaire générale, dirige le mouvement olympique depuis la mise au repos de la présidente Brigitte Henriques, Didier Séminet contre attaque. « Je suis fatigué de tout cela, lâche-t-il au téléphone. C'est injuste d'être traité comme cela ».

Débarqué le 12 septembre dernier de son poste de secrétaire général du CNOSF puis accusé le 3 octobre dernier de « violences psychologiques » par la présidente qui a porté plainte, l'ancien président de la Fédération française de baseball softball reste dans l'incompréhension. « J'ai besoin de savoir le contenu de cette plainte et de démontrer que ce que Brigitte Henriques dépeint, les violences psychologiques, ce n'est pas moi », poursuit Didier Séminet.

Dans un courrier adressé mardi aux membres du conseil d'administration du CNOSF, que nous avons pu consulter, il rembobine : « Alors que la Présidente a obtenu ce qu'elle voulait, à savoir mon départ, j'apprends par la presse (l'AFP), comme la quasi-totalité d'entre vous, qu'elle a déposée une semaine après cette réunion de destitution une plainte à mon encontre m'accusant de "violences psychologiques" ! Je tombe des nues ! Quel est l'intérêt d'une telle calomnie ? Me voilà catalogué comme harceleur dans les médias avec plus de 420 000 occurrences sur Google associant mon nom à celui de violences ! La première réflexion qui me vient : pourquoi ne l'a-t-elle pas fait avant si c'était si insupportable ? Qui d'entre vous supporterait une telle ignominie : se faire publiquement dénigrer, diffamer et ce de plus sans avoir le moindre élément d'explication ? »

Didier Séminet toujours membre du conseil d'administrationAvant d'expliquer que depuis, il n'a « toujours rien reçu venant de la Police ou de la Justice, je n'ai pas connaissance du contenu de la plainte, donc je ne peux ni répondre ni me défendre sur les faits qui me sont reprochés ». Voilà pourquoi il a décidé de porter plainte auprès de procureur de la République de Paris contre Brigitte Henriques pour « dénonciation calomnieuse » et « abus de confiance, preuves à l'appui ». Une plainte signifiée lundi, précise son avocat maître Didier Lacombe.

« Il faut que la lumière soit faite sur les raisons qui ont poussé Brigitte Henriques à jeter Didier Séminet aux orties [...] On demande à être confronté à madame Henriques », précise-t-il en soulignant n'avoir pas été entendu après la plainte déposée par la présidente. « Depuis, elle ne fait que s'épancher dans les médias où elle présente Didier Séminet comme quelqu'un de violent. C'est un désastre pour lui en tant qu'homme », estime Didier Lacombe. Il souligne que le procureur est le seul à pouvoir décider de l'opportunité de poursuite et que si rien n'est fait dans un délai de trois mois, il est possible de faire citer Brigitte Henriques à comparaître.

D'ici là, Didier Séminet reste membre du conseil d'administration. « Il n'y a aucune raison qu'il en parte », souligne son avocat. « J'ai encore des idées à apporter et une vision qui est la mienne du CNOSF », ajoute l'ancien secrétaire général.