Crise de l’énergie : Deux semaines de fermeture de l’université de Strasbourg, « c’est la double peine »

ENERGIE - Alors que le président de l’université de Strasbourg a annoncé lundi la fermeture pour deux semaines supplémentaires des principaux locaux pour faire des économies d’énergie, les étudiants rencontrés sur le campus restent pour certains dubitatifs

« C’est tentant et c’est la moindre des choses pour la planète, c’est sûr, sourit Geneviève, mais c’est plus une contrainte qu’une bonne nouvelle, même si j’ai bien compris qu’on n’a pas le choix », assure la jeune étudiante. Chez ses copains, avec qui elle discute le bout de gras sur les marches de la fac, l’annonce faite lundi par le président de l’université de Strasbourg (Unistra), de deux semaines supplémentaires de fermeture cet hiver pour faire face à la « facture énergétique qui explose », ne fait pas l’unanimité.

Même si Romain « comprend » la nécessité de faire des économies, notamment d’énergie, il s’étonne d’avoir à payer « les pots cassés ». Entre « les grèves qu’il va y avoir, ces jours de cours en moins ne vont rien arranger, s’inquiète déjà le jeune homme. Et après il va falloir tout rattraper. Au final, on va subir le dérèglement climatique et on nous supprime les cours comme réponse. C’est un peu la double peine pour nous ». Même réserve pour Justine, rencontrée du côté du Patio : « Hier, je me suis dit que c’était évident même si ça ne m’a pas étonnée que ce soit Strasbourg qui lance ça en premi(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Strasbourg : Pourquoi les musées étaient-ils fermés samedi ?
Une erreur fait perdre 60 millions d’euros à Électricité de Strasbourg
Crise énergétique : Comment les régies électriques autonomes peuvent-elles faire face ?