Cristiano Ronaldo touchera 400 millions d'euros en Arabie saoudite

L'arrivée de Cristiano Ronaldo à Riyad a fait exploser la popularité d'Al-Nassr et du Championnat saoudien. (Ahmed Yosri/Reuters)

Une source proche d'Al-Nassr, le nouveau club de Cristiano Ronaldo, a révélé que le Portugais recevra 400 millions d'euros en Arabie saoudite. Dont la moitié pour promouvoir la future candidature du royaume pour la Coupe du monde 2030.

Un contrat qui va bien au-delà du football. En s'engageant avec le club d'Al-Nassr, Cristiano Ronaldo est aussi devenu l'ambassadeur de l'Arabie saoudite. Le quintuple Ballon d'Or recevra 200 millions d'euros dans le cadre de son contrat de deux ans et demi, et « 200 autres millions » pour promouvoir la candidature conjointe que le royaume envisage de déposer avec la Grèce et l'Égypte pour organiser la Coupe du monde en 2030, a affirmé une source proche des négociations, ayant requis l'anonymat.

lire aussi : Rudi Garcia : « C'est un peu Pelé qui arrive aux États-Unis »

L'attaquant portugais, 37 ans, est arrivé à Riyad, la capitale saoudienne, la semaine dernière. Il est de loin le joueur le plus célèbre à avoir rejoint une équipe du Golfe. L'arrivée de l'ancien de Manchester United, du Real Madrid et de Juventus s'inscrit dans la volonté du pays d'attirer les regards sur son Championnat alors que son voisin qatari vient d'accueillir la Coupe du monde 2022. Après une potentielle rencontre amicale face au PSG le 19 janvier, CR7 devrait faire ses débuts officiels le 22 janvier.

Mohamed ben Salmane serait à l'origine du transfertSelon la même source, l'accord a été soutenu par des membres de la famille royale, notamment le prince héritier et dirigeant de facto du pays, Mohammed ben Salmane, souvent désigné par ses initiales MBS. « MBS et (ses frères) Naif, Turki et Rakan, les enfants du roi Salmane, sont tous membres honoraires d'Al-Nassr, depuis l'époque d'avant que leur père ne devienne prince héritier ».

« Ils voulaient donner la suprématie à leur club et le mettre sous les projecteurs. Le meilleur moyen était d'amener le meilleur joueur au monde », a-t-elle ajouté. Selon cette source, le fonds souverain du royaume conservateur, Public investissement Fund (PIF), a été mis à contribution. « Al-Nassr et les autres clubs saoudiens n'ont pas les fonds nécessaires pour un tel contrat. C'est PIF qui a garanti le paiement ». Le fonds souverain saoudien, qui investit de plus en plus dans le monde du sport, a acheté l'année dernière le club de football anglais de Newcastle.