Cristiano Ronaldo veut sept enfants... et autant de Ballons d’Or

Le Portugais voit les choses en grand.

(AFP)

Cristiano Ronaldo est un homme heureux. Grand favori pour l’obtention du Ballon d’Or France Football, le Portugais est papa depuis lundi d’une petite fille, Alana Martina, venue agrandir sa petite tribu. Mais le champion d’Europe en titre, père de quatre enfants désormais, comme le nombre de ses Ballons d’Or, ne compte pas s’arrêter là.


“Je veux sept enfants et autant de Ballons d’Or“, lâche-t-il dans un long entretien accordé à L’Equipe. “Pour moi, une vie sans enfant ne veut rien dire. Les enfants, c’est la vie”, poursuit CR7, même s’il reconnait que quatre bambins à la maison, c’est un “peu plus de désordre dans la maison“. Pas de quoi toutefois freiner les désirs de famille nombreuse du buteur.

Et pour qu’il n’y ait pas de jaloux à la maison, le natif de Funchal s’imagine offrir à chacun l’un de ses Ballons d’Or. Pour le cinquième, c’est en bonne voie. Le Portugais se dit d’ailleurs “confiant“. Il faut dire que sa saison parle pour lui : champion d’Espagne, vainqueur de la Ligue des Champions, dont il a terminé meilleur buteur. Pour autant, à 32 ans, CR7 relativise. “Si je remporte le Ballon d’Or, c’est parfait. Sinon, je resterai la même personne.”

Car si l’exercice 2016-2017 a impressionné, depuis le début de la saison, il peine à trouver le chemin des filets. Un manque de réalisme devant le but (1 réalisation en 630 minutes) qui n’inquiète pas le Portugais. “Ce n’est pas de ma faute si ça ne veut pas rentrer… Ça ne m’empêche pas de bosser de la même façon, d’avoir la même éthique de travail. Les choses vont changer.” Mais si cette disette ne perturbe pas le buteur, il n’en est pas de même avec ses proches. “Quand je ne marque pas, ma mère m’interroge, mon fils m’interroge, ma soeur, mon frère. (…) Comme si c’était la fin du monde.

Alors que certains l’estiment moins performant cette saison sur la pelouse, Ronaldo se défend de ce qu’il qualifie d’injustice. “Les gens ne connaissent pas la différence entre bien jouer, jouer moyennement et ne pas marquer de buts, argumente-t-il. On me regarde comme une machine à buts, comme un mec qui doit marquer tout le temps. Si ça n’est pas le cas, tout le monde se fout de savoir si j’ai bien joué ou pas.”

Enfin, interrogé sur une possible confrontation avec le PSG en Ligue des Champions, CR7 a été catégorique. “Je n’ai pas peur du PSG. C’est nous les champions en titre. Deux années de suite. Il faut respecter cela.” Neymar et ses camarades sont prévenus.


En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages