Crutchlow a senti "un gros craquement" dans son épaule

Vincent Lalanne-Sicaud
·2 min de lecture

La liste des blessures va peut-être s'allonger pour . Contraint de composer avec une mauvaise cicatrisation de son avant-bras droit depuis plusieurs semaines à la suite d'une opération pour un syndrome des loges, l'Anglais a senti un craquement dans son épaule durant le Grand Prix de Teruel. Des examens sont prévus ce lundi, afin d'identifier une potentielle blessure.

"Malheureusement, vers le sixième tour, dans un changement de direction entre le virage 3 et le virage 4, j'ai senti un craquement dans l'épaule", a expliqué le pilote LCR dimanche soir au site officiel du MotoGP, "donc on est plutôt inquiets."

"Je ne connais pas vraiment [la cause] pour le moment", a-t-il précisé. "C'est en tirant sur le guidon que j'ai senti un gros craquement dans l'épaule. J'ai ralenti pendant quelques tours, parce que j'avais très mal. Ensuite, ça a disparu grâce à l'adrénaline et parce que j'étais dans une bagarre. Mais maintenant, après la course, c'est très, très douloureux. Donc [ce lundi] je vais passer une IRM."

Lire aussi :

Crutchlow : Aucun pilote ne courrait après la merde que j'ai traversée

La pression exercée sur le guidon a déjà provoqué une blessure pour Crutchlow cette année. À la suite de sa fracture au scaphoïde gauche, conséquence d'une chute à Jerez, le pilote du team LCR a trop sollicité son avant-bras droit, à tel point qu'il a dû être opéré d'un arm-pump avant les courses de Misano, qu'il n'a pas pu disputer. Depuis, la cicatrisation a connu des complications, avec d'importantes pertes de fluides.

Malgré ce nouveau coup dur, Crutchlow estime que sa douleur à l'épaule n'a pas été un "gros problème" et qu'elle ne l'a pas trop ralenti dimanche. "Le pneu arrière était le [principal] problème en course", a assuré le pilote britannique, 11e à l'arrivée alors qu'il était septième dans les premiers tours. "J'aurais dû choisir le pneu medium à l'arrière, c'était un pari de prendre le tendre. Je sens que si je l'avais choisi, j'aurais pu me battre et bien gérer ma position, mais je n'ai jamais eu le rythme et le résultat est décevant."

"En début de course, je me sentais vraiment bien avec le pneu tendre à l'arrière", a-t-il ajouté. "Je sentais que j'étais bien placé, dans une bonne bagarre. Dès que les autres m'ont doublé, il était évident qu'ils avaient une meilleure accélération en sortie de courbe, et que mon pneu arrière se dégradait pas mal."