Crutchlow souhaite une saison 2021 plus paisible

Vincent Lalanne-Sicaud
·3 min de lecture

L'année 2020 restera associée au coronavirus dans les mémoires, ainsi qu'aux conséquences de la pandémie tout autour du monde. En MotoGP, la saison n'a pu débuter qu'au mois de juillet et le calendrier a été remodelé, proposant 14 courses, toutes sur le continent européen et la moitié sur le sol espagnol. La catégorie a publié un calendrier 2021 composé des rendez-vous habituels mais l'incertitude demeure sur le déroulement de la saison à venir.

, qui se savait remplacé dans le team LCR, a préféré ne pas disputer cette saison 2021 malgré une offre d'Aprilia, pour accepter un poste de pilote de pilote d'essais chez Yamaha. Conscient que les pilotes du MotoGP ont été privilégiés au cours de l'année 2020, il souhaite néanmoins à ses camarades une saison plus paisible et un retour à la normale.

"Je n'espère pas [une année aussi troublée] pour les pilotes, pour les supporters, pour les mécaniciens, pour tout le monde sur la planète", a déclaré le pilote britannique. "Cette année a été étrange, et très difficile pour les gens, d'abord hors de ce paddock. Nous sommes très, très privilégiés d'avoir fait ce que nous avons fait cette année. Beaucoup de gens ont vraiment souffert dans le monde. Évidemment, quand on fait des courses, que ce soit en tant qu'équipe ou organisation, on est tourné vers le paddock, on ne pense pas à ce qui se passe en dehors. On y pense, mais je veux dire qu'on a été chanceux de pouvoir faire [la saison]."

<span class="copyright">Motorsport.com</span>
Motorsport.com

Motorsport.com

Cal Crutchlow quitte la compétition après dix saisons en MotoGP. L'Anglais a rejoint la catégorie en 2011 dans le team Tech3, au guidon d'une Yamaha, marque avec laquelle il avait conquis le titre en WorldSPP deux ans plus tôt. L'équipe de Bormes-les-Mimosas lui a permis de conquérir ses six premiers podiums, avant qu'il rejoigne Ducati pour la saison 2014, sa seule avec une machine d'usine. C'est avec le team LCR que Crutchlow a passé les six années suivantes, devenant au Grand Prix de République Tchèque 2016 le premier pilote à s'imposer avec une machine satellite depuis 2006. Deux succès supplémentaires, en Australie en 2016 puis en Argentine deux ans plus tard, sont venus enrichir son palmarès, lui permettant au passage de bénéficier d'un soutien officiel de Honda.

Ces dix saisons au plus haut niveau ont permis à Crutchlow de voir la mue du MotoGP, l'électronique prenant une place prépondérante et les écarts entre équipes d'usine et teams satellite se réduisant, grâce à un équipement de plus en plus proche, des évolutions qu'il salue. "Je pense que nous sommes tous très chanceux de piloter à cette époque et de la manière dont le MotoGP est devenu compétitif, particulièrement ces cinq dernières années avec les changements d'électronique et où tout le monde est plus ou moins sur des motos similaires ; c'est la raison pour laquelle on a tant de monde en mesure de se battre pour la victoire en MotoGP et ce changement a été énorme par rapport à quand je suis arrivé. Maintenant, tout le monde sur la grille a globalement une moto d'usine et peut être en mesure de performer, ça va de plus en plus vite et les pilotes font de mieux en mieux."

"Ça a été chouette de faire partie de cette époque et j'ai piloté contre les plus grands noms du sport que nous ayons vus pendant cette période : je me sens privilégié d'avoir pu faire partie de cela et d'avoir partagé la piste avec eux. J'ai constaté beaucoup de changements mais j'ai été chanceux d'être passé par les équipes par lesquelles je suis passé et de garder les pieds sur terre, d'avoir pu rester moi-même ; je suis certain que ça va continuer à être un super championnat où l'on verra beaucoup, beaucoup de vainqueurs et de gens sur le podium dans le futur."

<span class="copyright">Motorsport.com</span>
Motorsport.com

Motorsport.com