Cyclisme: accusé d'être un client de l'ancien médecin d'Armstrong, Fuglsang se défend

RMC Sport

Auteur de la meilleure saison de sa carrière en 2019 à 34 ans, vainqueur notamment de Liège-Bastogne-Liège, Jakob Fuglsang doit depuis ce dimanche faire face à des soupçons de dopage. Le leader de la formation Astana, actuel numéro deux mondial, est accusé d'avoir eu recours aux services du sulfureux préparateur Michele Ferrari. L'Italien est banni à vie du monde du sport depuis 2012 pour avoir été l'architecte du programme de dopage de Lance Armstrong, septuple vainqueur déchu du Tour de France. 

"Préoccupé par ces rumeurs" 

Dimanche, trois médias danois et norvégien ont eu accès à un rapport de la Fondation antidopage dans le cyclisme (CADF), organisme indépendant mandaté par l'Union cycliste internationale (UCI). Selon ce document, Jakob Fuglsang "bénéficie du programme de dopage de Michele Ferrari", alors que son coéquipier Alexey Lutsenko l'aurait rencontré dans la région niçoise. Le nom de Michele Ferrari reste associé au dopage généralisé dans le monde du cyclisme dans les années 1990, à l'image de l'utilisation de l'EPO dans le peloton. Le rencontrer pour des activités en lien avec le cyclisme est passible de suspension pour les athlètes. 

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Présent à un stage d'entraînement en altitude à Tenerife, Jakob Fuglsang est sorti de son silence ce lundi sur son compte Instagram. "Je conteste avoir rencontré le docteur Ferrari, se défend Fuglsang. Je n'ai connaissance d'aucun rapport et je peux confirmer qu'aucune procédure...

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

À lire aussi