Cyclisme - AG2R - Jean-Baptiste Quiclet (AG2R La Mondiale) : la saison 2020 « va ressembler à la saison ''flash'' du biathlon »

L'Equipe.fr
L’Equipe

Jean-Baptiste Quiclet, responsable du pôle performance de l'équipe AG2R La Mondiale, compare l'enchaînement des courses du nouveau calendrier WorldTour à celui d'une saison de biathlon, sans vraiment pouvoir programmer un pic de forme. « Comment appréhender ce format de saison court et dense à la fois ?
Nos schémas, nos repères sont perturbés, habituellement, la saison dure plus de six mois avec des blocs de courses et de récupération. Cette saison inédite va ressembler à la saison ''flash'' du biathlon ou du ski nordique, concentrée sur trois mois, avec des courses quasiment tous les week-ends, sans pouvoir vraiment programmer un pic de forme. Les biathlètes prennent course après course, avec un petit bloc de travail entre elles, en espérant un pic de forme. Ils sont moins dans le calcul que les coureurs cyclistes. Pour préparer le Tour, est-ce intéressant d'enchaîner Tour de Pologne (5-9 août) et Critérium du Dauphiné (12-16 août) ?
Oui, pour les coureurs internationaux. Aux mêmes dates que la Pologne, il y a aussi la possibilité de faire le Tour de l'Ain (le calendrier des courses ProSeries et de classe 1 sera connu le 18 mai) qui emprunte le parcours du Tour de France avec l'étape du Grand Colombier. Le calendrier World Tour 2020 Jean-Baptiste Quiclet, responsable du pôle performance d'AG2R La Mondiale « Comme profil d'un champion du monde, je vois un coureur qui aura fait les étapes de montagne du Tour, pas le général » Une semaine sépare l'arrivée du Tour (20 septembre) et le Championnat du monde en Suisse (27 septembre) ? Comment la gérer ?
C'est le même schéma que s'il y avait eu les Jeux (qui ont été reportés à 2021), avec le voyage au Japon en moins et pas de décalage horaire. Au niveau de la récupération, c'est aléatoire. Sur une semaine, on ne peut jamais être sûr qu'on récupérera du Tour. Et ce Mondial de Martigny est tellement dur ! Comme profil d'un champion du monde, je vois un coureur qui aura fait les étapes de montagne du Tour, pas le général. Mais on ne peut rien écarter car dans une grande journée, tout est possible... Et que pensez-vous de l'enchaînement Tour, Mondial, Flèche wallonne (30 septembre) et Liège-Bastogne-Liège (4 octobre) ?
Pourquoi pas ? Après le Tour, souvent les coureurs, un jour sur trois ou quatre, ont de super jambes. La force héritée du Tour, ils la constatent dans les critériums. Mais, cette année, pour briller à Liège, je pense que c'est mieux de ne pas faire la Flèche. De manière générale, c'est préférable d'aller de week-end en week-end en se basant sur les qualités de récupération des coureurs. Christian Prudhomme : « un calendrier exceptionnel bâti dans une situation exceptionnelle » Doubler Tour de France (29 août-20 septembre) et Giro (3-25 octobre) semble compliqué à réaliser avec seulement deux semaines entre les deux grands Tours. Et doubler Tour et Vuelta (20 octobre-8 novembre) ?
C'est tout à faire possible avec comme profil de coureur pour la Vuelta un trentenaire qui passe le froid avec ce démarrage de la course dans le nord de l'Espagne, au pays Basque et en Galice. Peut-on s'attendre à des choix surprenants de programme ?
Pourquoi ne pas voir des coureurs qui ont fait le classement général du Tour de France se lancer dans le Tour des Flandres, un mois après ? Dans la configuration habituelle, ils ne le font pas, car les Flandres ont lieu avant le Tour de France, elles n'entrent pas dans leur préparation et le risque de chutes est élevé. »

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi