Cyclisme - Cofidis - « Renforcer l'équipe autour de Guillaume Martin et Christophe Laporte », explique Thierry Vittu (Cofidis)

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Alors que Cofidis vient d'annoncer une prolongation de son engagement jusqu'en 2025, Thierry Vittu, président du secteur compétition, explique que l'augmentation du budget (1,5 million par an) devrait permettre de mieux accompagner les deux leaders français de la formation nordiste. « Cette prolongation jusqu'en 2015, associée à une augmentation de budget (1,5 million d'euros), signifie-t-elle plus d'ambitions pour l'équipe Cofidis ?
Tous les trois ou quatre ans, on se pose la question de savoir si on continue. La raison principale de ce nouvel engagement n'est pas uniquement sportive. Le groupe a décidé de poursuivre une aventure qui dure depuis 25 ans (l'équipe a été créée fin 1996) car l'investissement est profitable à la marque. Nous sommes présents dans neuf pays d'Europe et le sponsoring cycliste est complémentaire de nos autres opérations marketing. Dans des pays comme la Pologne ou la Slovaquie, comme en France au début, le cyclisme est utilisé pour faire connaître notre marque. Chez Cofidis, nous travaillons uniquement à distance, nous n'avons pas d'agence et l'équipe est en quelque sorte notre agence ambulante. lire aussi Cofidis prolonge son sponsoring jusqu'en 2025 Votre budget annuel va cependant passer à treize millions, cela modifie-t-il vos objectifs ?
C'est une somme assez conséquente, même si on reste loin des grosses écuries et qu'on sera un des plus petits budgets du World Tour. C'est un signal pour l'équipe, un message de confiance et, à la fois, on donne des ressources pour accroître le niveau sportif de manière régulière. Avec la crise du Covid, la saison 2020 a été compliquée, sur un plan sanitaire et, pour nous, sur un plan sportif puisque nous avons terminé à la 19e (et dernière) place du classement World Tour, avec seulement deux victoires. L'objectif sera de se situer autour de la 16e. Le recrutement du sprinteur italien Ella Viviani ne vous a pas apporté les résultats escomptés. Allez-vous renforcer votre effectif et de quelle manière ?
Un recrutement, ce n'est pas une science exacte et c'est vrai qu'Ella est passé au travers en 2020. Mais à côté de ça, sur le Tour (11e) et la Vuelta (meilleur grimpeur), Guillaume Martin, qui était aussi arrivé l'an dernier, a effectué une super saison. Sans augmenter l'effectif (qui restera à 28 coureurs), l'idée est de renforcer l'équipe autour de lui pour les courses à étapes et autour de Christophe Laporte qui vient de faire un super boulot sur les Flandriennes (2e d'A Travers la Flandre et 11e du Tour des Flandres). On souhaite qu'il soit mieux entouré sur les courses d'un jour et notamment sur les classiques. On a entamé des discussions, mais il est trop tôt pour donner des noms. Autre nouveauté : comme annoncé en janvier, une section féminine va voir le jour...
Oui, elle comptera une dizaine d'éléments et nous avons déjà recruté le directeur sportif, Gaël Le Bellec (qui s'est notamment occupé des féminines du comité de Bretagne pendant six ans). Là aussi, la volonté est de s'intégrer dans la durée et nous démarrerons en Continental (2e division). Avec les hommes et les handisports, qu'on soutient depuis 1999, le dispositif sera complet et piloté par la même personne (Cédric Vasseur, le manager général). Les stages de début de saison seront communs aux trois groupes, l'idée est que chacun apporte sa richesse à l'autre. »