Cyclisme - Coronavirus - Coronavirus : comment Morkov a réussi à enchaîner les courses

L'Equipe.fr
L’Equipe

Le coureur danois a quitté l'UAE Tour juste avant le confinement du peloton pour rejoindre Berlin où il est devenu champion du monde à l'Américaine. Avant de disputer Paris-Nice, juste avant le blocus du calendrier. Michael Morkov joue à cache-cache avec le Covid-19 dans un remake d'« Attrape-moi si tu peux ». Et jusqu'alors, le virus s'est incliné. Premier épisode, l'UAE Tour, où des coureurs ont été contaminés, d'autres confinés pendant une dizaine de jours dans leur hôtel d'Abu Dhabi. Depuis plusieurs semaines déjà, le champion du Danemark sur route avait obtenu l'accord de la direction de son équipe Deceuninck-Quick Step pour quitter la course dans le Golfe, le 26 février, lors de la 4e étape. Ce qui lui laissait le temps de récupérer et d'affiner sa préparation aux Championnats du monde sur piste, à Berlin. « Je n'arrive pas à croire à quel point j'ai eu de la chance avec la situation aux Émirats arabes unis, en partant juste avant l'éclosion du coronavirus, s'étonne-t-il encore. C'est une coïncidence que je ne sois pas resté un jour de plus. » UAE Tour : les deux dernières étapes annulées Le lendemain, à son arrivée à Berlin, il décide avec son entraîneur, de garder la chambre durant une journée et demie « jusqu'à ce que je puisse être testé. Évidemment, en tant que porteur potentiel du virus, je ne voulais pas me présenter à la piste et risquer la santé de tout le monde, alors nous voulions voir comment les choses se sont développées. J'étais assis à seulement 500 mètres de cette piste et je pensais que je pourrais finir par regarder une course que je rêvais de gagner à la télévision, ce qui était difficile mentalement. J'ai réussi à mettre des rouleaux et un vélo dans ma chambre, cela m'a aidé à me concentrer sur ma préparation à la course. » « Quand le gars m'a appelé, je lui ai demandé trois fois si je pouvais courir, tellement j'étais heureux » Morkov apprend que le test est négatif, la veille de la course à l'Américaine, où il est associé à son compatriote Lasse Norman Hansen. « Quand le gars (du comité d'organisation des Championnats du monde) m'a appelé, je lui ai demandé trois fois si je pouvais courir, tellement j'étais heureux. Je suis allé directement sur la piste et j'ai fait une séance d'entraînement pour revenir dans le rythme. C'était une course spéciale avec Lasse Norman, probablement notre meilleure course ensemble. »

Le 1er mars, les deux Danois sont sacrés champions du monde. Comme Berlin n'est pas très éloigné de Copenhague où habite ce vétéran du peloton (34 ans, 12e saison dans le WorldTour), il y avait invité vingt-cinq membres de sa famille. La fête est totale. Elle aurait pu se poursuivre à Paris-Nice. Car Morkov, l'un des meilleurs lanceurs du monde, est convoqué par son équipe sur la « Course au soleil » pour assister Sam Bennett. Il travaille de concert avec Julian Alaphilippe mais le sprinteur irlandais échoue avant de chuter à La Châtre et d'abandonner. Cependant, le Scandinave, qui avait entamé l'année en Australie (deux succès de Bennett au Tour Down Under et à la Race Torquay) dispute la dernière épreuve avant l'arrêt des compétitions. Une fois de plus, il est passé entre les postillons !

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi