Cyclisme - Coronavirus - Courses annulées ou menacées, équipes absentes : les questions sur la saison cycliste chamboulée par le coronavirus

L'Equipe.fr
L’Equipe

La totalité de la campagne italienne est très fortement menacée, plusieurs équipes renoncent aux courses, à des degrés divers. Officiellement, parmi les épreuves importantes, seule l'épreuve des Strade Bianche, prévue ce samedi 7 mars, a été annulée - sans qu'on sache si elle sera reprogrammée plus tard dans la saison - à cause de l'épidémie de coronavirus. On peut y ajouter le GP Industria, prévu dimanche et également annulé. Jusqu'à présent, on ne recensait que la suppression des deux dernières étapes de l'UAE Tour, la semaine passée, après la découverte de deux cas suspicieux au sein de l'équipe UAE-Team Emirates et le confinement de la caravane. Abu Dhabi au bout de l'ennui Les autres courses italiennes de mars sont celles qui sont le plus menacées : Tirreno-Adriatico (11 au 17 mars) et Milan-San Remo (21 mars) sont directement concernés. Dans un pays qui connaît une très forte épidémie de coronavirus (le plus gros foyer mondial après la Chine et la Corée du Sud), les autorités avaient publié mercredi des décrets relatifs au sport et courant jusqu'au 3 avril. Mais les dispositions édictées, qui concernent principalement les épreuves et compétitions se déroulant dans des lieux fermés, ne permettaient pas formellement d'affirmer que les courses cyclistes étaient interdites. La réunion entre les responsables de la course et les autorités a entériné la décision pour la course toscane. Mais les organisateurs des trois épreuves italiennes n'ont pour le moment retiré que les Strade Bianche du calendrier, les deux autres courses étant toujours au programme. Plus loin au calendrier, les courses belges (qui débutent véritablement le 25 mars, avec les Trois Jours de La Panne, puis Gand-Wevelgem le 29 mars) ne sont pour le moment pas menacées. La Belgique a recensé 23 cas de coronavirus. Avant même le début des courses italiennes, Education First a été la première, mardi, à renoncer à se rendre dans le pays pour les trois courses. Groupama-FDJ, AG2R La Mondiale, Jumbo-Visma, Ineos, Mitchelton-Scott, UAE Emirates et Astana ont également annoncé le retrait de ces courses de leur programme, chacune à des degrés divers. Groupama-FDJ a dû s'y résoudre également, en y ajoutant Tirreno-Adriatico, « faute d'effectifs suffisants (coureurs et staff), notamment en raison de la période de quarantaine observée aux Émirats arabes unis », où plusieurs de ses membres étaient toujours retenus. Astana - tout comme CCC - renonce également à Tirreno mais laisse la porte ouverte à Milan-San Remo. Ineos (notamment en raison de la mort de leur directeur sportif Nicolas Portal), Mitchelton-Scott, UAE Emirates, Jumbo-Visma, Sunweb et AG2R La Mondiale ont, elles, décidé d'exclure toutes les courses, y compris Milan-San Remo. À Paris-Nice, cinq équipes ne seront pas au départ dimanche : Ineos, Michelton-Scott, UAE Emirates, CCC et Astana. Les équipes absentes Tirreno-Adriatico (10) : Education First, Jumbo-Visma, Groupama-FDJ, Astana, Mitchelton-Scott, Ineos, AG2R La Mondiale, Sunweb, CCC, UAE Emirates
Milan-San Remo (7) : Education First, Jumbo-Visma, Mitchelton-Scott, Ineos, AG2R La Mondiale, Sunweb, UAE Emirates
Paris-Nice (5) : Astana, Mitchelton-Scott, Ineos, CCC, UAE Emirates
Les incertitudes autour de la tenue de Tirreno-Adriatico, course par étapes, incitent plusieurs formations à changer le programme de coureurs, pour les orienter vers Paris-Nice. Ainsi, Romain Bardet s'alignera finalement sur la course française alors qu'il ne comptait pas la disputer cette année : « Romain a besoin de courir pour préparer ses objectifs ultérieurs. Tout laisse à penser que les courses vont être annulées, mais nous n'avons pas encore de confirmation », a déclaré Vincent Lavenu son manager, mercredi à l'AFP. Chez Quick-Step, Kasper Asgreen, Bob Jungels et Zdenek Stybar seront finalement en France plutôt que sur la course italienne. Peter Sagan (Bora-Hansgrohe), Wout van Aert (Jumbo-Visma) ou Elia Viviani (Cofidis) prendront également part à Paris-Nice.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi