Cyclisme - Dopage - Déclaré inapte à la pratique, le docteur Richard Freeman sera-t-il radié ?

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Le tribunal du conseil de l'Ordre a déclaré le docteur Richard Freeman inapte à la pratique. Il doit désormais déterminer la sanction, qui peut aller jusqu'à la radiation. Le Medical Practitioners Tribunal Service (MPTS), l'équivalent britannique de notre Conseil national de l'ordre des médecins, a annoncé jeudi que l'ancien toubib de Sky (2009-2015) et de la fédération britannique (2009-2017), reconnu entre autres coupable de s'être procuré de la testostérone afin de doper un coureur, risque désormais d'être radié et de ne plus exercer. lire aussi Dopage : Ciel couvert sur le Team Sky, risque d'orages Le tribunal a considéré que « sa conduite en relation avec la commande de Testogel (il avait fait livrer ce produit contenant de la testostérone au siège de l'équipe, en 2011) et ses nombreux agissements malhonnêtes [...] constituent une conduite particulièrement choquante [...] et qu'il n'a entrepris aucun sérieux processus de réflexion ou de réparation ». Freeman continuait à affirmer que les patches de testostérone avaient été commandés dans le but de traiter la dysfonction érectile de Shane Sutton, l'entraîneur n°1 de l'équipe. Contraintes particulières, simple suspension ou radiation Pis, ses juges considèrent que s'il a reconnu certaines des charges qui pesaient contre lui (18 sur 22), ce n'était que dans le but « de perpétuer la plus grande tromperie, qu'il a maintenue pendant l'audience ». Ils estiment donc qu'il « existe un risque que ce comportement soit renouvelé » et qu'afin de protéger les patients et la confiance générale dans la profession de médecin, il convient de le déclarer impropre à exercer. lire aussi L'ancien médecin de l'équipe Sky reconnu coupable d'avoir commandé de la testostérone à des fins de dopage Freeman peut désormais se voir imposer des contraintes particulières ou une simple suspension de son activité. Mais le tribunal peut aussi purement et simplement décider de le radier de l'ordre des médecins. La semaine dernière, les dirigeants d'Ineos-Grenadiers (la nouvelle dénomination de Sky) avaient marqué leurs distances avec leur ancien médecin, indiquant qu'aucun de leurs coureurs n'avait jamais reçu de testostérone et que le docteur Freeman s'était éloigné « des normes éthiques imposées par l'équipe ».