Cyclisme - JO - Thomas Voeckler : « La priorité de Cavagna, c'est le chrono » aux Jeux Olympiques de Tokyo

·4 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Thomas Voeckler, le sélectionneur de l'équipe de France, pense que Rémi Cavagna a une chance de médaille olympique en contre-la-montre à Tokyo. Sans Alaphilippe, la France abordera la course en ligne en outsider. Entre Le Creusot et les Alpes, après la septième du Tour de France, Thomas Voeckler a décroché son téléphone pour commenter la sélection olympique sur route dévoilée ce vendredi après-midi par le CNOSF (Comité national olympique et sportif français). Il ne souhaite pas dévoiler le nom de son leader, qu'il faudra peut-être modifier en fonction de l'état de forme des troupes à la fin du Tour de France. Rémi Cavagna, qui est le seul à pas courir la Grande Boucle, partira pour le Japon le 14 juillet, en compagnie de l'unique sélectionnée femme, Juliette Labous. Les autres - Cosnefroy, Ellisonde, Gaudu et Martin - prendront l'avion pour Tokyo le soir-même de l'arrivée du Tour (18 juillet). Les délais sont courts : l'épreuve en ligne hommes aura lieu le samedi 24 juillet. Les Bleus seront hébergés dans un hôtel particulier, à Yamanakako, sur le circuit de la course en ligne, ce qui leur permettra de s'entraîner sur le parcours en évitant les navettes officielles. Ils ont également obtenu des organisateurs de pouvoir passer les tests Covid quotidiens imposés par le protocole sur leur lieu d'hébergement. « Comment avez-vous dessiné cette sélection ?
Après le forfait de Julian Alaphilippe, le mot d'ordre, c'était « s'adapter ». Ça s'est fait avec anticipation, en tenant compte de la stratégie que j'ai envie de mettre en place et du parcours, et puis en concertation avec les coureurs et leurs entraîneurs et en restreignant le nombre de candidats selon les enseignements délivrés par ce début de saison. Thibaut Pinot, vous saviez que c'était non depuis longtemps ?
Oui, j'échange énormément avec son frère (et entraîneur), Julien. Thibaut est en bonne santé mais il est clair qu'il ne peut pas être opérationnel vu son début de saison. Vous vous retrouvez sans Alaphilippe, Bardet ni Pinot, ce qui n'était évidemment pas du tout prévu il y a un an... Vous avez dû complètement changer de stratégie ?
Avec un tel parcours, si vous avez Alaphilippe à 100 % dans votre équipe, sans faire offense aux coureurs retenus, ce n'est pas du tout la même stratégie. Il a fallu modifier la stratégie et la composition. Des coureurs comme David Gaudu et Guillaume Martin auraient peut-être été là aux côtés de Julian, mais pas dans le même rôle qu'aujourd'hui. Sur ce parcours, Julian leur est supérieur. Ils auront donc des ambitions qu'ils n'auraient pas eues si Julian avait été au départ. Les rôles sont-ils déjà définis ?
Oui, j'ai une idée précise dans ma tête. C'est tout l'intérêt de composer une sélection. Maintenant, quatre des cinq coureurs sont sur le Tour et la route est encore longue jusqu'à Paris. Il peut se passer beaucoup de choses. « Quand on voit les clients autour, on n'est pas favoris » Vous savez qui sera leader ?
Oui, mais... Je ne souhaite pas le dire aujourd'hui. Le Tour peut-il dicter une autre hiérarchie ?
Oui. Il faudrait être obtus... Mais attention, ce n'est pas juste le classement. La suite du Tour peut effectivement m'amener à modifier le plan que j'ai en tête. Dans quel état d'esprit l'équipe de France abordera-t-elle cette course ?
Quand on voit les clients autour, on n'est pas favoris. On arrivera avec de l'humilité mais aussi de l'ambition. C'est une équipe d'outsiders qui a confiance en ses moyens et ne s'interdira rien. Quelle est la priorité pour Rémi Cavagna, la course en ligne ou le chrono ?
Il doit sa sélection au contre-la-montre. C'est le seul coureur français qui peut jouer dans la cour des très grands. Sa priorité sera donc le chrono ?
Oui, tout à fait. La Fédération a aussi envie de fédérer autour de cette discipline parce qu'on accuse un peu de retard sur certains pays. On a la conviction qu'il peut jouer une médaille et on le mettra dans les meilleures dispositions, on jouera cette chance à fond. Avec Alaphilippe, on aurait peut-être fait une croix sur le chrono pour disposer d'un coureur en plus sur la course en ligne, mais attention, Rémi est capable de donner un sacré coup de main quand même. Ce qui est sûr, c'est que la priorité pour lui, c'est le contre-la-montre. »

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles